POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Pourquoi Daech inquiète le Qatar

Depuis son arrivée sur le trône en 2013, l'émir Tamim al-Thani a mis en sourdine la tapageuse diplomatie régionale du Qatar, sans pour autant rompre ses liens avec les Frères musulmans.

Pour la première fois, l’organisation djihadiste s’en prend à l’émirat, qu’il accuse d’avoir combattu ses forces en Syrie et en Irak. Explications.
L’enregistrement dure trente-neuf minutes. Dans ce document audio publié sur les chaînes Telegram du groupe État islamique (EI), Abou Hamza al-Qourachi, le porte-parole de l’organisation, se livre sans surprise à une attaque en règle contre les membres de la coalition internationale antidjihadiste, qui a mis fin l’an dernier à l’éphémère « califat » autoproclamé de l’EI en Syrie et en Irak. Qualifiant la pandémie de coronavirus de « châtiment divin », le porte-parole de Daech appelle les combattants djihadistes à intensifier leurs attaques alors que l’organisation profite du vide sécuritaire pour resurgir en Irak et en Syrie.
Or, pour la première fois, son organisation vise spécifiquement l’État du Qatar. « Pas un jour nous n’avons oublié que la base Al-Oudeid, construite par les tyrans du Qatar pour accueillir l’armée américaine, était et reste toujours le commandement de la campagne menée par les croisés », pointe Abou Hamza al-Qourachi en référence à la plus grande base aérienne des États-Unis au Moyen-Orient, abritant 11 000 soldats américains, britanniques et qatariens près de Doha, et qui a grandement contribué à la campagne de bombardements aériens de la coalition en Irak et en Syrie.

*« Sans précédent »
« Cet enregistrement est sans précédent, car c’est la première fois que le Qatar est ainsi spécifiquement dépeint comme un pays apostat, alors que d’autres États du Golfe, comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, sont épargnés », souligne Andreas Krieg, professeur assistant au King’s College à Londres. « D’habitude, la région du Golfe est mise en cause par l’EI comme un bloc, avec une attention particulière portée à l’Arabie saoudite. »
Cette fois, Abou Hamza al-Qourachi accuse directement Doha d’avoir « financé » des factions rebelles contre les djihadistes en Irak, à la fin des années 2000, ainsi qu’en Syrie, depuis le début de la guerre civile en 2011. « En Irak, le Qatar a en effet soutenu, au même titre que les autres pays du Golfe, les efforts américains visant à amener les tribus sunnites à combattre Al-Qaïda », rappelle Andreas Krieg. « En Syrie, Doha a financé, au même titre que l’Arabie saoudite, un certain nombre de groupes rebelles pour lutter contre Bachar el-Assad, qui ont également combattu par la suite Daech », ajoute de son côté l’analyste indépendant Sam Heller, conseiller à l’International Crisis Group. « La différence est que les réseaux de soutien étaient différents selon le pays, et que les rebelles, aidés par Doha, étaient davantage de tendance islamiste. »

*Financement des groupes islamistes
Officiellement, les deux pays ont soutenu des groupes rebelles modérés par le biais d’un programme d’aide lancé par la CIA en 2013 et achevé en 2017. Toutefois, le Qatar n’a jamais fait mystère de ses liens avec des factions islamistes syriennes plus ou moins inspirées par l’idéologie des Frères musulmans, qu’elle soutient. Parmi celles-ci figurait notamment le groupe salafiste Ahrar al-Sham, actif à Alep et à Idleb jusqu’en 2018. « Doha a soutenu ceux que l’EI considérait comme ses pires ennemis parmi les rebelles : suffisamment doctrinaires pour être crédibles parmi les islamistes, et suffisamment flexibles pour être considérés comme des traîtres par les purs et durs », explique Thomas Pierret, chargé de recherches CNRS-Iremam à Aix-en-Provence, en France.
S’il s’en défend, le Qatar entretient également des liens avec les djihadistes de Hayat Tahrir al-Sham (anciennement Jabhat al-Nusra, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, NDLR), au pouvoir dans la province d’Idleb, qui sont entrés en 2013 en guerre ouverte contre l’EI après leur scission du groupe. Ces contacts lui ont notamment permis d’obtenir des libérations d’otages aux mains des djihadistes. « Doha a encouragé, sans doute moyennant financement, la mue pragmatique de Jabhat al-Nusra et sa transformation en Hayat Tahrir al-Sham », estime le chercheur Thomas Pierret.

*Soutien aux Frères musulmans
Quant à l’Arabie saoudite, son activisme en Syrie s’est davantage porté sur les factions liées à l’« Armée syrienne libre », branche « modérée » de la rébellion, ainsi qu’à certains groupes salafistes comme Jaish al-Islam, longtemps présent dans la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas, reprise par l’armée syrienne en mai 2018. « Riyad a dû s’ajuster un peu aux réalités du terrain, mais n’a soutenu qu’un petit nombre de groupes islamistes parmi les plus pragmatiques vis-à-vis de l’ordre politique régional, qui est la préoccupation principale de l’Arabie saoudite », souligne Thomas Pierret.
Riyad honnit l’organisation des Frères musulmans, qu’elle considère, au même titre que les Émirats arabes unis, comme « terroriste », d’autant qu’elle représente un modèle concurrent aux pétromonarchies du Golfe, où elle est implantée depuis les années 1970. Au contraire, le Qatar estime que ses 300 000 citoyens sont à l’abri de la confrérie, qui lui permet avant tout d’exercer son influence politique et militaire dans toute la région.

*Blocus
Décidés à faire plier Doha, Riyad et Abou Dhabi ont imposé en 2017 un blocus terrestre, aérien et maritime au minuscule émirat dans l’espoir de le voir rompre ses liens avec les Frères musulmans. Sous la houlette du jeune émir Tamim al-Thani, arrivé au pouvoir en 2013, le Qatar a depuis mis en sourdine sa tapageuse diplomatie régionale et a expulsé un certain nombre de hauts responsables de la confrérie. Mais il n’a pas rompu ses liens avec les « Frères » pour autant.
Fait nouveau, le soutien qatarien à la confrérie est désormais également dénoncé par l’organisation État islamique. « Pour Daech, le Qatar n’est là que pour soutenir les Frères musulmans qu’il qualifie dans son enregistrement d’apostats », pointe Sébastien Boussois, chercheur en sciences politiques associé à l’université libre de Bruxelles et à l’université de Montréal. « Habituellement, dans cette croisade mondiale que tente de mener l’État islamique, les communicants de l’organisation s’en prennent aussi à l’Iran ou à la Turquie, mais ici, dans ce document, il n’en est quasiment pas fait mention. »

*Interrogations
L’intérêt soudain que suscite aujourd’hui le Qatar auprès de l’organisation djihadiste interpelle bon nombre d’observateurs. « Il est tout de même très intéressant que Daech, qui a pour habitude de menacer l’Arabie saoudite à chacun de ses enregistrements audio, choisisse uniquement le Qatar cette fois-ci », s’interroge un responsable du Golfe sous couvert d’anonymat. « Il est tout de même très étrange que le discours de l’EI reprenne exactement le même narratif que l’Arabie saoudite a utilisé au début du blocus contre le Qatar », poursuit-il, sans pour autant formuler d’accusation.

(Le Point)

Lire aussi
commentaires
Loading...