POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Nasfi: « Khiari doit s’excuser pour son insulte à la mémoire de Bourguiba »

Ulcéré par les propos du député du bloc parlementaire de la coalition Al Karama, Rached Khiari insultant la mémoire du Combattant Suprême Habib Bourguiba, le chef du bloc parlementaire la Réforme nationale Hassouna Nasfi a demandé à Khiari de présenter des excuses.
« Les combats et luttes pour la libération du pays sont reconnus et ne peuvent pas être effacés de l’histoire de l’humanité entière », a-t-il martelé.
Nasfi a également exigé du président de l’assemblée des représentants du peuple, Rached Ghannouchi de retirer les propos diffamatoires de Khiari du PV de la séance de ce mardi 9 juin.
« La prochaine séance plénière de l’ARP ne se tiendra pas avant que Rached Khiari présente des excuses.
Celui qui a présenté cette motion n’est pas habilité à le faire, car l’organe officiel qui peut le faire est le président de la République. Par conséquent, cette motion doit s’adresser à l’Etat et au gouvernement tunisiens qui ont la qualité de demander des excuses à la France pour ses crimes durant la période coloniale », rappelle Nasfi.
« Dans le texte de cette motion, on parle de crimes commis par la France de 1881 jusqu’en… 1964. Mes excuses, la Tunisie est devenue indépendante le 20 mars 1956. Il faut également écrire que la Tunisie a été vendue aux Français par les Turcs, ou l’empire ottoman qui a commis des atrocités en Tunisie. Qui va reconnaitre les crimes du général Zarrouk, ceux contre Ali Ben Ghedhahom aussi. C’est le Bey qui a vendu le pays à la France. Et cela doit être mentionné dans cette motion. On se rappelle aussi des atrocités commises par l’Allemagne hitlérienne au Cap Bon. Donnez-nous une liste des « Bayouas » qui ont servi d’indicateurs à la France. Il faut aussi citer le Qatar qui a collaboré avec ce que vous appelez le système de la dictature. Cette motion reste largement lacunaire et insuffisante puisqu’elle ne s’adresse qu’à la France alors qu’elle n’est pas le seul pays à avoir commis des crimes dans notre pays », conclut Nasfi dans son intervention mardi 9 juin devant l’assemblée des représentants du peuple.

H.A.

Lire aussi
commentaires
Loading...