POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Le torchon brûle entre Majdouline Cherni et Habiba Ghribi (Vidéo)

L’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, Majdouline Cherni, a réagi aux déclarations faites ce vendredi 12 juin 2020 par l’athlète tunisienne Habiba Ghribi, sur le plateau de Radio Ifm.
L’athlète a, en effet,  affirmé qu’elle ne pardonnera jamais les agissements de Majdouline Cherni qui, alors ministre, l’a privée du titre d’animatrice sportive pour une raison qu’elle juge débile et insignifiante. (NDLR: Pour ne pas avoir fourni l’une des pièces requises lors d’un concours de recrutement d’animateurs sportifs à savoir une attestation scolaire). « Elle m’a privée d’un titre que je méritais étant donné que je remplissais toutes les conditions nécessaires à savoir être médaillé etc. J’ai sacrifié mes études à l’ISSEP (Institut Supérieur de Sport et d’Education Physique) afin de pouvoir me consacrer à ma carrière à l’échelle internationale. Je méritais amplement ce titre et j’étais, d’ailleurs, en tête de la liste. Mais j’étais, finalement, surprise du retrait de mon nom de la liste des candidats retenus. Mon dossier a été rejeté pour une raison insignifiante n’ayant aucune valeur. C’était, en effet, un concours sur dossier, il y avait parmi les documents à fournir une attestation scolaire. J’ai fourni le mauvais document; une attestation que j’ai obtenu auprès de l’ISSEP. Même s’il y a avait un document manquant, n’auraient-ils pas dû -NDLR: les responsables au sein du ministère- me contacter pour l’apporter? Je l’aurais fais dans les 24 heures qui suivent. Ça ne méritait pas le retrait de mon nom de la liste… A cause de cet incident, je suis aujourd’hui au chômage technique » a-t-elle regretté.

L’ancienne ministre n’a pas tardé à répondre à travers un post publié sur sa page officielle Facebook. Majdouline Cherni a assuré qu’elle a la conscience tranquille considérant qu’elle n’a jamais eu tort envers l’athlète qui souhaitait, selon ses dires, dépasser la loi.

« Notre chère championne Habiba Ghribi, tu as parfaitement le droit de ne jamais me pardonner pour avoir appliqué la loi à la lettre. Mais, moi, je ne me le serai jamais pardonné si j’avais dépassé la loi et opté pour le favoritisme et la discrimination.  Tout le monde est sur le même pied d’égalité devant la loi mais je peux quand même comprendre ton avis tant que la culture de l’application de la loi, de l’égalité et de la transparence manque à certains et ce n’est en tout cas pas de ma faute…. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a organisé un concours externe pour le recrutement d’animateurs sportifs. Mme Habiba Ghribi a présenté son dossiers comme c’était, d’ailleurs, le cas pour l’ensemble des autres candidats. Après l’expiration des délais et lors de l’étude de son dossier de candidature, il s’est avéré qu’il manquait l’un des documents requis. Son dossier a été donc systématiquement annulé conformément à la loi de la fonction publique et non à celle de Majdouline Cherni. Je remercie la direction générale des services communs  du ministère de la Jeunesse et des Sports pour avoir appliqué la loi et pour ne pas avoir cédé aux pressions. En effet, Habiba Ghribi réclamait son intégration dans la fonction publique en dépit du rejet de son dossier. Elle a fini par porter plainte auprès du tribunal administratif. Et bien sûr, ce dernier a rendu justice en annulant son dossier. Cette décision a été prise par la commission de recrutement qui compte des représentants des différents ministères et de la présidence du gouvernement » a-t-elle affirmé.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...