POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Le groupe « Le Monde » très fragilisé par le Covid et la crise de Presstalis

Le groupe Le Monde est fragilisé, assurent les dirigeants dans un email aux salariés. Selon eux, le Covid dégradera de 30 millions d’euros le résultat opérationnel de l’entreprise.
Le Monde, qui vient de boucler son déménagement vers son nouveau siège dans le quartier d’Austerlitz, s’apprête à payer un lourd tribut à la crise du Covid et s’inquiète de l’avenir.  » Nous n’avons pas suffisamment d’éléments pour juger de l’ampleur de la reprise : nous avons basé nos estimations sur une reprise lente « , précise Louis Dreyfus à Challenges. Les prévisions du président du directoire du Monde seront peut-être démenties par de bonnes surprises. En attendant, dans un message diffusé par mail aux 1600 salariés du groupe, Louis Dreyfus et le directeur du Monde Jérôme Fenoglio tirent la sonnette d’alarme, chiffres en main.  » Notre groupe ressort fragilisé de cette période de confinement « , écrivent-ils. Deux éléments pèsent lourdement sur les comptes. En premier lieu, la distribution du journal et les difficultés de l’ancienne NMPP, la société Presstalis.  » Le dépôt de bilan de Presstalis nous a interdit de percevoir les recettes des ventes des deux derniers mois « , rappelle le tandem de direction du Monde. 7 millions d’euros de recettes venues des kiosques et points de vente de presse manquent dans les comptes. Gros client de Presstalis avec Le Monde mais aussi Télérama ou Courrier international, le groupe devra contribuer au passif social pour 5,8 millions d’euros. Soit au total un trou de 12,8 millions de coûts exceptionnels liés à la distribution. Sans compter le coût des blocages des dépôts régionaux de Presstalis qui entravent la diffusion des titres du groupe dans le sud-est et la région lyonnaise.
A cette crise de la distribution s’ajoute la crise publicitaire : Louis Dreyfus et Jérôme Fenoglio estiment à 15 millions d’euros « le manque à gagner envisagé pour l’exercice 2020 ».
Conclusion, « au total, c’est une dégradation de 30 millions d’euros de notre résultat opérationnel prévisionnel que nous devrions subir du fait du Covid, soit plus de trois années de résultat d’exploitation de notre Groupe », précisent-ils.
Pour combler ce trou, Louis Dreyfus tente donc d’alerter et de mobiliser ses troupes. « Depuis la mi-mars, nous travaillons avec nos banques, et en liaison avec nos actionnaires, pour contractualiser de nouveaux financements ». Le groupe qui vient de boucler son déménagement dans ses nouveaux locaux du quartier d’Austerlitz va faire patienter ses propriétaires qui sont aussi ceux… du groupe Le Monde, Xavier Niel, Mathieu Pigasse et l’héritier de Pierre Bergé.

*Un prêt de 17 millions qui ne suffira pas
Les deux premières échéances trimestrielles du nouveau bâtiment auprès d’un organisme de crédit ont été repoussées. Par ailleurs, Louis Dreyfus négocie un prêt garanti par l’Etat de 17 millions d’euros. Enfin, les actionnaires devraient à la rentrée apporter des liquidités. « Ces efforts doivent permettre d’éviter une crise de trésorerie immédiate », expliquent les patrons du Monde qui serreront peut-être davantage encore les coûts. « Si la baisse du marché publicitaire se confirme, cet endettement supplémentaire, très significatif pour un Groupe de notre taille, ne suffira pas à consolider notre modèle économique. Il nous faudra donc savoir être plus rigoureux sans entamer nos capacités d’innovation ». Pour l’instant, le patron du Monde ne prévoit ni départs, ni mesures spectaculaires, seulement des « mesures de gestion courante », dit-il à Challenges.
Côté positif, le confinement aura dopé les abonnements numériques qui atteignent actuellement, selon Louis Dreyfus, 315 000 individus (247 000 abonnés numériques fin avril selon l’ACPM). Ces abonnés paient en moyenne plus de 10 euros par mois, précise le président du directoire du Monde. Or nous n’avons pas de frais d’impression ou de frais postaux : ce sont des revenus nets ».
Cela ne suffira pas à remettre les comptes dans le vert. En 2019, le groupe Le Monde a dégagé un résultat net positif de 2,6 millions d’euros.

(Challenges)

Lire aussi
commentaires
Loading...