POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Fintech : la Tunisie commence tout doucement…

La Tunisie a encore du pain sur la planche pour l’intégration complète des nouvelles technologies dans la finance, notamment en raison de la rigidité des réglementations en vigueur. Cependant, depuis début 2020, de bons signes ont été envoyés aux acteurs économiques par les autorités publiques.
Dès le vendredi 12 juin 2020, la Banque Centrale de Tunisie (BCT) va officiellement lancé le site web BCT-fintech qui, comme son nom l’indique, sera entièrement dédié à la « finance technologique ». L’annonce de ce site sera faite par le gouverneur de la BCT, Marouane Al Abassi, lors d’une conférence de presse en ligne qui aura lieu le même jour. Elle marquera également l’ouverture des inscriptions pour la Sandbox Réglementaire (inscription pour la conférence via ce lien).
Théoriquement, l’objectif est d’accompagner les fintechs tunisiennes dans le développement de leurs produits. Le développement de la finance est, en effet, étroitement lié à celui des nouvelles technologies. D’ailleurs, dans plusieurs autres pays, les technologies de l’information et de la communication ont profondément transformé la finance avec des produits plus connectés et plus adaptés aux besoins des clients et des acteurs du secteur financier.
Toutefois, pour qu’une fintech soit efficiente, il est nécessaire de disposer des outils réglementaires requis et, surtout, souples, pour que l’innovation puisse faire son oeuvre dans la fintech. Ce n’est pas encore le cas en Tunisie, où il est interdit, à titre d’exemple, pour un simple citoyen d’avoir un compte en devises – outre les cartes technologiques -.
La souplesse est requise dans notre contexte. L’actuel gouverneur de la BCT, Marouane Al Abassi, s’est montré plutôt ouvert à une plus grande flexibilité. On se souvient, aussi, du lancement de la Sandbox réglementaire en janvier 2020 qui s’inscrit également dans l’optique de l’innovation financière en Tunisie. L’outil permettra, entre-autres, aux start-ups tunisiennes labellisées de développer leurs activités en Tunisie dans un cadre réglementaire plus souple, sans être obligés de quitter leur pays pour s’installer à l’étranger.

Lire aussi
commentaires
Loading...