Ferjani qualifie Moussi “d’indicatrice”, Makhlouf ouvre le feu (comme d’habitude) sur l’UGTT

Le député d’Ennahdha, Saïd Ferjani Essayed a qualifié la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi “d’indicatrice et professionnelle du mensonge”, niant toutes les accusations lancées à son encontre par Moussi dans l’affaire du Libyen Baghdadi Mahmoudi.
“Moussi était une indicatrice par le passé et continue de le faire. D’ailleurs, le Parlement africain a démenti ses prétentions”, a-t-il déclaré mercredi 3 juin lors de la séance plénière de l’assemblée des représentants du peuple consacrée à l’examen d’un projet de Déclaration sur le refus de la Tunisie de toute ingérence étrangère en Libye ainsi qu’un débat sur la diplomatie parlementaire.
Abir Moussi a fait la sourde oreille, ne revenant même sur les accusations de Ferjani, et passant tout de suite à la lecture de la motion proposée par son parti dans les ingérences des pays étrangers dans le conflit libyen.
Peu auparavant, le président de la coalition Al Karama, Seif Makhlouf a continué ses attaques contre l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), qualifiant les syndicalistes de “Hayawanat wa Hamaj” (des animaux barbares), et ce en voulant défendre le député de sa coalition Mohamed Affès.
Cette attaque a suscité un tollé parmi les députés, incitant le président de la séance, qui n’était pas comme d’habitude Rached Ghannouchi, mais cette fois le 2e vice-président Tarek Ftiti à demander de retirer les accusations de Makhlouf du PV de la séance.

H.A.

Lire aussi
commentaires
Loading...