POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Coronavirus: la France entre dans une nouvelle phase de déconfinement ce mardi 2 juin

La France lance mardi la deuxième phase de son déconfinement engagé le 11 mai dernier alors que le repli de l’épidémie de coronavirus se confirme jour après jour dans les bilans quotidiens de la direction générale de la santé. « La liberté enfin va redevenir la règle et la contrainte constituera l’exception », a résumé le Premier ministre, Edouard Philippe, qui présentait jeudi dernier cette phase 2. L’évolution favorable de l’épidémie va permettre notamment la réouverture des cafés et des restaurants en zone verte, la réouverture des parcs et des terrasses à Paris ainsi que la levée de la règle limitant les déplacements dans un rayon de 100 kilomètres.
La carte sanitaire de France, qui classe les départements selon un code couleur (rouge quand le virus circule encore activement et vert quand il a disparu ou quasiment disparu), est désormais quasiment intégralement verte, y compris le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, les Hauts-de-France qui étaient jusqu’à présent classées rouges. Seuls trois territoires- l’Ile-de-France, Mayotte et la Guyane – sont classés en orange, ce qui signifie que le déconfinement sera, pour trois semaines, « un peu plus prudent » que sur le reste du territoire.

*Ce que dit le décret sur la phase 2 du déconfinement en France

Organisation des transports, commerces, écoles et encore mariages, large port du masque: un décret précise les mesures pour la deuxième étape du déconfinement à partir de mardi, et prévoit si nécessaire la possibilité de reconfinements localisés. « La liberté redevient la règle et l’interdiction constitue l’exception » pour cette phase 2 du déconfinement à la suite de l’épidémie de coronavirus, avait indiqué jeudi dernier le Premier ministre français Edouard Philippe.
Son décret publié lundi au Journal officiel rappelle le classement en vert d’une majeure partie du territoire, seuls les départements de l’Ile-de-France, Mayotte et la Guyane étant en orange du fait de leur situation sanitaire. Le texte précise toutefois que les déplacements aériens au départ ou à destination de la Corse et des départements et régions d’Outre-mer, sont interdits sauf pour un « motif impérieux d’ordre personnel ou familial », une raison de santé relevant de « l’urgence » ou un besoin professionnel ne pouvant être différé.
Dans une interview à Corse Matin, le préfet de Corse Franck Robine précise que concernant les transports maritimes « c’est le préfet qui limitera la capacité des bateaux à pouvoir prendre des passagers. Mais ils pourront prendre des passagers éventuellement touristiques ». « L’Etat annoncera cette semaine le package sanitaire de transport qui permettra d’accompagner l’ouverture touristique » dans les territoires insulaires, a aussi assuré M. Robine. Le Conseil exécutif de Corse demande dans un communiqué au « gouvernement de revoir d’urgence sa copie » ainsi qu’une réunion « d’urgence dès le début de semaine en présence des ministres concernés ». Il souhaite l’ouverture « d’une concertation élargie associant les chambres consulaires et les acteurs insulaires de la santé, de l’économie et du tourisme ».
Si par ailleurs dans l’ensemble du territoire, les déplacements seront à nouveau autorisés sans limite à partir du 2 juin, le décret stipule que les préfets pourront si nécessaire à nouveau les restreindre afin de lutter contre la propagation du virus, à l’échelle des départements voire de manière plus localisée. De même, les commerces, écoles ou établissements de culte pourraient alors être fermés à nouveau.
En vue de cette phase 2, le décret rappelle que « les mesures d’hygiène » et de « distanciation sociale » doivent « être observées en tout lieu et en toute circonstance ». Le port du masque de protection est imposé à « toute personne de onze ans ou plus » à bord des trains, avions, bateaux, dans les transports en commun et aussi dans les gares et aéroports. Le masque est également prescrit pour « les collégiens et les lycéens lors de leurs déplacements » ainsi que pour les personnels des établissements accueillant des enfants. Les enseignants n’auront toutefois pas à le porter « lorsqu’ils font cours et sont à une distance d’au moins un mètre des élèves ».
Sont définies en outre les conditions de réouverture des cafés et restaurants en zone verte, avec une séparation d’un mètre entre les tables et une limite à 10 personnes par table. En zone orange, l’accueil du public dans ces établissements n’est possible qu’en terrasse. Les mariages pourront à nouveau être célébrés: le décret autorise l’accueil du public pour la « célébration de mariages par un officier d’état-civil ».
Toutes les restrictions prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire doivent être réévaluées le 22 juin. Enfin, le décret plafonne les prix des gels ou solutions hydro-alcooliques, ainsi que des masques à « 95 centimes d’euros toutes taxes comprises par unité, quel que soit le mode de distribution ».

*31 morts en 24 heures dans les hôpitaux en France

L’épidémie de coronavirus a fait 31 nouveaux décès en 24 heures dans les hôpitaux français, où le nombre de patients en réanimation continue de baisser, selon le bilan communiqué lundi par la Direction générale de la santé. Cela porte le bilan total de morts à 28.833, dont 18.506 à l’hôpital, mais les chiffres des décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux (Ehpad) n’ont pas été actualisés depuis vendredi et devraient l’être mardi. « 1.302 malades atteints d’une forme sévère de Covid-19 sont hospitalisés en réanimation », selon le communiqué, soit 17 de moins par rapport au bilan de dimanche. Quatre régions (Ile-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 73% des patients hospitalisés en réanimation.

(Challenges)

Lire aussi
commentaires
Loading...