POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Bhiri : Nous avons déjà exprimé nos réserves quant à la motion d’Al Karama

Le dirigeant d’Ennahdha, Noureddine Bhiri est revenu, en ce jeudi 11 juin 2020, sur la motion de la Coalition Al Karama réclamant des excuses de la France.
Invité de Shems FM aujourd’hui, Bhiri a annoncé que le bloc d’Al Karama n’a pas consulté celui d’Ennahdha à propos de cette motion ajoutant que le parti islamiste avait déjà exprimé ses réserves quant à cette initiative.
Et d’ajouter que le peuple tunisien a le droit de revendiquer des excuses mais que ce droit relevait de la politique étrangère.
C’est dans ce sens que l’ancien ministre a souligné que demander des excuses à la France faisait partie des prérogatives du chef de l’Etat étant donné qu’il est responsable des relations extérieures.
« Le Parlement a adressé une correspondance au président de la République ainsi qu’au ministère des Affaires étrangères afin qu’ils se prononcent sur la motion et déterminer si cela relevait ou pas des prérogatives de l’Assemblée. Cependant, aucune réponse ne nous a été parvenue », explique Noureddine Bhiri.
Signalons que selon les résultats du vote publiés, hier soir, par le chef du bloc parlementaire d’Al Karama, Seif Eddine Makhlouf, seuls cinq députés d’Ennahdha ont voté pour la motion. Une motion qui a été rejetée par les élus présents vu que le quorum de 109 députés n’a pas été atteint.
C’est, en effet, lors de la séance plénière consacrée à l’examen de la motion de demande d’excuses à la France, mardi, que les élus ont voté avec 77 voix pour, 5 contre et 46 abstentions.
Ennahdha a, pour sa part, appelé à coordonner avec le président de la République, Kaïs saïed en ce qui concerne ces initiatives relevant de ses compétences et de ses prérogatives.
Notons qu’il s’agit, en effet, d’une pétition déterminant la position de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) quant à l’exigence des excuses officielles de l’Etat français auprès du peuple tunisien.
Des excuses concernant essentiellement les crimes de la France perpétrés avant et pendant la colonisation de la Tunisie ainsi que le pillage des richesses nationales après l’indépendance, selon Makhlouf.
Rappelons qu’en octobre 2019 et lors de la campagne électorale, Seif Eddine Makhlouf, à l’époque, candidat à la Présidentielle, avait assuré qu’il exhortera la France à s’excuser d’avoir colonisé la Tunisie et pillé ses richesses pendant 80 ans.

Lire aussi : Jhinaoui : Cela ne me convient pas de brouiller les relations avec la France !
Lire aussi : Seif Makhlouf: « L’ARP examinera mardi prochain la motion d’Al Karama réclamant des excuses à la France »

Lire aussi : Examen du projet d’Al Karama exigeant des excuses de la France
Lire aussi : Makhlouf: « Je ne serai ni ministre, ni secrétaire d’Etat »
Lire aussi : Makhlouf nie avoir appelé à la rupture des relations avec la France

Lire aussi
commentaires
Loading...