Maghzaoui: “Echaâb condamne les menaces terroristes à l’endroit d’Abir Moussi”

Le secrétaire général du mouvement Echaâb, Zouheir Maghzaoui a clairement condamné les menaces terroristes qui ont touché dernièrement la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi.
En intervenant dimanche 10 mai à 7/7, l’émission de radio Express FM, il a dit: “Quelles que soient nos différends idéologiques, nous condamnons ces menaces”.
Evoquant la révision du règlement intérieur de l’assemblée des représentants du peuple visant à interdire ce qu’il est convenu de nommer “tourisme politique, ou partisan”, le dirigeant d’Echaâb a indiqué que cet amendement est taillé sur mesure pour Qalb Tounes afin d’empêcher la démission de membres de son bloc.
“D’ailleurs, Ennahdha soutient son allié parlementaire tout simplement parce qu’elle tire les marrons du feu. Bientôt, cela va l’aider à passer au parlement les textes qu’elle veut. Le paradoxe veut que le même mouvement Ennahdha s’était opposé à une telle révision lors du mandat parlementaire précédent parce que les Islamistes tiraient profit de l’éparpillement et dispersion des partis”.

*”Un bon point à l’actif de la présidence de la République”
“La Turquie veut tirer aujourd’hui notre pays dans le conflit libyen, a-t-il commenté au sujet de l’atterrissage de l’avion turc portant des équipements médicaux à l’aéroport de Jerba-Zarzis. Le seul aspect plutôt rassurant de l’affaire consiste en la condition posée par la présidence de la République de faire parvenir ces équipements sous la seule protection des autorités tunisiennes. Cela est un bon point à mettre à l’actif de la présidence de la République”.
“Rached Ghannouchi veut exploiter la crise sanitaire du coronavirus et la majorité dont jouissent son parti et ses alliés à l’ARP pour faire adopter des traités avec la Turquie et le Qatar que n’avait pourtant jamais réclamés le gouvernement, et qui ne sont, en tour cas pas urgents ou prioritaires, a-t-il remarqué. D’ailleurs, le bloc démocratique rejette ces projets de loi dans leur mouture actuelle. Cela n’est pas dû à un aspect idéologique, mais tout simplement parce que nous privilégions les intérêts de la Tunisie”.
“Vorace, Ennahdha veut prendre tout à la fois les gains venant de l’exercice du pouvoir et ceux inhérents à l’opposition, a-t-il dénoncé. Elle est habituée à cela: un pied dans le pouvoir, et un autre dans l’opposition. A la Kasbah, elle fait la cour vis-à-vis du gouvernement. A l’ARP, elle s’emploie à le faire chuter. D’ailleurs, les appels lancés à travers les réseaux sociaux pour faire chuter le gouvernement 70 jours seulement après son installation, on n’a jamais vu cela nulle part.  Cela n’a rien à voir avec le rendement gouvernemental, mais revient plutôt aux machines qui fonctionnent au sein, et en dehors du gouvernement qui veulent faire tomber l’équipe d’Elyès Fakhfakh”, conclut Maghzaoui.

H.A.

Lire aussi
commentaires
Loading...