POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

La Tunisie Brûle

Moncef Kammoun

Ceux qui préparent le terrain à l’anarchie et allument le feu, seront les premiers à brûler
Le Président Kaïs Saïed

L’incendie est un fléau qui menace en permanence notre pays depuis quelques années. Les incendies font partie aujourd’hui de notre paysage quotidien ils ont été ces derniers jours d’une abondance brusque et la saison des feux est loin d’être finie.
Le feu qui se développe sans contrôle ni dans le temps ni dans l’espace est une honte pour mon pays. On n’a plus de saison des feux, désormais c’est tout au long de l’année. Nous vivons dans un environnement très favorable aux incendies.
Ce qui est particulier aujourd’hui c’est que ces incendies se déroulent tous au même moment et le pire, c’est que ces incendies étaient même prévisibles et qu’il y eu beaucoup d’avertissement.
Ces incendies sont devenus une menace pour notre environnement et même notre milieu citadin.
Depuis exactement une année plus de 500 incendies ont détruit récoltes et fruits. Une hausse de 120 feux par rapport à l’année précédente et la saison des incendies est loin d’être terminée.
Les images des feux transmis par la télé et la presse ressemblent toujours à un cauchemar. Ces saisons des feux s’annoncent plus longues et plus imprévisibles que jamais.

  • le 4 juin 2019 un incendie a touché un demi-hectare d’orge à Khalisa, délégation de Siliana, un deuxième grand incendie dans la région de Gaafour a détruit 20 hectares de blé.
  • Le 8 juin 2019 des incendies des champs de blé et d’orge se sont multipliés dans toutes les régions des grandes cultures du pays détruisant des centaines d’hectares et réduisant en cendre des milliers de tonnes de céréales.
  • Le 16 juillet un gigantesque incendie a détruit
    cent hectares de foret de pin à Nabeul.
  • Le 10 Aout une locomotive du train a été brulé et grâce a l’intervention rapide des agents de la protection civile l’incendie n’a pas fait de victimes et les passagers ont été ramenés à Tunis.
  • Le 15 septembre 2019 deux bus appartenant à la société nationale de Transport inter urbain à Médenine ont pris feu l’incendie est à caractère criminel, d’autant plus que les 2 bus ne présentent aucune panne.
  • Le 6 octobre2019 un incendie a été déclenché au poste de Police d’Akouda dans la région de Sousse, un terroriste a été identifié il a versé de l’essence sur la porte avant d’y mettre le feu.
  • Le 9 décembre à l’aube, des personnes non identifiées ont incendié une salle de classe dans une école à la Soukra gouvernorat de l’Ariana.
  • Le 13 janvier 2020 un incendie s’était déclaré dans une des salles du collège technique de la ville de La Chebba, dans le gouvernorat de Mahdia.
  • Le 20 janvier 2020 un incendie s’est déclenché dans une partie du bâtiment de l’Office de l’aviation civile et des aéroports (OACA) à Tunis, plusieurs dégâts matériels ont été enregistrés.
  • En février 2020 dans la soirée un énorme incendie s’est déclaré dans le village cinématographique de la région de Latrach dans la délégation de Hammamet.
  • En février 2020 à 1 heure du matin la voiture du maire de Jemna dans le gouvernorat de Kebili a été totalement incendiée par des inconnus.
  • Le 29 février 2020 un incendie s’est déclaré dans le marché des meubles anciens de Mellasine, le feu a ravagé plusieurs stands.
  • Le 15 Avril 2020 un incendie a été enregistré au dépôt de stockage des épices, une enquête est ouverte afin de déterminer les causes de l’incendie.
  • Le 20 Avril 2020 au crépuscule un incendie s’est déclaré dans un atelier de réparation bicyclettes à la Cité Ettadhamen.
  • Le 6 Mai 2020 un incendie a ravagé un immeuble situé à l’avenue Habib Bourguiba au centre ville de Sousse.
  • Le 14 Mai 2020 un incendie  s’est déclaré dans une unité de fabrication de papier toilette et mouchoirs, située à la zone industrielle d’Enfidha, les unités de la protection civile à Sousse.
  • Le 9 Mai 2020 très tôt le matin un incendie s’est déclaré dans un bâtiment en construction sur l’avenue Hédi Nuira dans le centre ville de Tunis une enquête afin de déterminer les causes de l’incendie.
  • Le 15 Mai 2020, une locomotive (nouvelle acquisition de la société Sncft pour 7 millions de dinars) a été incendiée dans les environs de la laverie de phosphates de la délégation de Mdhilla (gouvernorat de Gafsa).
  • Le 18 Mai 2020 un incendie s’est déclaré dans une usine de coton à Menzel Hayet gouvernorat de Monastir.

On est forcé de croire vu le nombre d’incendies qui ravagent notre pays que c’est donc dû à des mains criminelles.
La motivation serait d’ordre politique et chercherait la mise en difficulté du gouvernement et l’obstruction à toute évolution vers la paix sociale et la relance économique. Ça serait vraiment désolant s’il s’avérait que des formations politiques sont d’une manière ou d’une autre derrière ce plan visant à brûler la Tunisie.
C’est donc avec un immense désarroi et une profonde tristesse que j’ai tenu à citer les feux incontrôlables qui ont ravagé mon pays et qui restent tous sans aucune enquête réellement lancées afin de déterminer les causes réelles des incendies ou du moins aucun retour sur ces affaires après avoir décidé de lancer une enquête lors de l’annonce de chaque affaire.
Le pire, c’est que ces incendies étaient prévisibles, qu’il y a eu beaucoup d’avertissements.

Est ce du terrorisme d’Etat ?
La politique de la terre brûlée est une manœuvre consistant à pratiquer les destructions les plus importantes possibles et à détruire ou à endommager les ressources et moyens de production, infrastructures, bâtiments de manière à les rendre inutilisables.
Ce que le terrorisme n’a pas réussi à accomplir une poignée d’individus concentrant tous les pouvoirs politiques, sécuritaires, institutionnels et économiques, est en phase de le réaliser.
De la paralysie des institutions de l’Etat, en passant par l’indécision économique suicidaire, le pouvoir traîne le pays vers l’abîme qu’ont creusé l’ambition maladive des uns et l’obsession de survie des autres. Le débat n’est plus de savoir qui est en guerre contre qui le débat semble tranché au profit de la politique de la terre brûlée En mettant à genoux les institutions civiles.
Chacun aujourd’hui est face à sa conscience.

*M.K Architecte

 

Lire aussi
commentaires
Loading...