POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Et si la Tunisie devenait un havre de paix pour les tortues marines ?

Une image choquante d’une tortue marine, pendue à un poteau sur la plage de Sidi Raïs à Soliman, a fait le tour du web ces derniers jours. Cette image a suscité l’indignation des internautes, qui ont dénoncé un acte barbare, commis par certains pêcheurs contre l’une des plus anciennes créatures au monde, désormais menacée d’extinction. L’Association de l’Environnement et du Développement à Soliman (AEDS) n’a pas tardé à réagir en publiant un communiqué sur sa page officielle Facebook.
Après vérification de l’AEDS, il s’est avéré que la tortue qui a échoué sur la plage était déjà morte. En fait, c’est l’un des passants qui l’aurait pendue et non les pêcheurs de la région comme le laissaient croire certaines sources.
L’AEDS a, par ailleurs, assuré que ces pêcheurs ont aussi découvert trois autres tortues marines, de petite et moyenne taille, qu’ils ont immédiatement relâchées.

L’association a fini par programmer une journée d’information qui aura lieu en faveur des pêcheurs prochainement, afin de les sensibiliser à la nécessité de protéger certaines espèces, dont particulièrement la tortue marine. Cette action qui sera organisée en coordination avec le district de la Garde Maritime, entre dans le cadre du programme de communication sur la conservation des tortues marines en Tunisie, soutenu par le Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

Une prise de conscience, une urgence
A l’instar de plusieurs pays, la Tunisie célèbre tous les 23 mai la journée mondiale de la tortue. Ce n’est sans aucun doute pas un hasard que cette journée soit célébrée au lendemain de la journée mondiale de la biodiversité, célébrée à son tour le 22 mai de chaque année. Cette simultanéité est certainement le fruit d’une prise de conscience mondiale étant donné l’importance écologique des tortues. En outre, c’est une occasion pour jeter la lumière sur les résultats des centaines d’études menées tous les ans par des biologistes internationaux, qui ont prédis l’éventuelle disparition, au bout de quelques décennies, de cette espèce qui existe depuis plus de 220 millions d’années. L’être humain serait donc la cause principale de son éventuelle disparition. En effet, la pollution (particulièrement les sacs en plastique), le braconnage, la consommation excessive pour usage culinaire, cosmétique ou médical, ainsi que la pêche accidentelle, engendrent, annuellement, des ravages drastiques. Selon des statistiques officielles fournies en 2017 par le Fond Mondial pour la Nature (WWF-Afrique du Nord) et l’Institut National des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM), plus de 44 mille tortues marines échouent annuellement tout au long du bassin méditerranéen, dont 700 tortues en Tunisie, à cause de la pêche accidentelle. D’où la nécessité de mettre en place, en urgence, des stratégies de sensibilisation pour sauver ce qui peut l’être.
A cet égard, les autorités publiques et les composantes de la société civile organisent, tout au long de l’année, une série d’actions de sensibilisation en faveur des pêcheurs, des journalistes et des citoyens, afin d’attirer leur attention sur l’importance de protéger cette espèce, qui contribue activement au maintien de l’équilibre biologique des océans et de la santé de la faune et de la flore sous-marines.
A titre d’exemple, certaines études expliquent l’explosion inquiétante du nombre de méduses par la baisse continue du nombre de tortues marines.
Selon des données fournies par les responsables du projet « COMMON » de traitement des déchets marins en Mer Méditerranéenne, seulement trois espèces de tortues marines existent encore dans notre pays. Il s’agit de la tortue verte Chelonia mydas, la tortue luth Dermochelys coriacea et la Caouanne « Caretta Caretta ».
Depuis plusieurs années, les îles Kuriat qui sont situées au large de Monastir ont été déclarées comme l’un des principaux sites de nidification de Caouannes, dans le basin méditerranéen. Des actions de sensibilisation sont donc organisées, sans cesse, en faveur des visiteurs qui se sont souvent émerveillés devant des bébés tortues en train de quitter leurs coquilles pour se lancer dans les eaux turquoises des îles Kuriat.

Hajer Ben Hassen

Crédit Vidéo: Chaîne Youtube Mabris44

 

Lire aussi
commentaires
Loading...