POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Scandale des bavettes : les explications contradictoires de Mohamed Abou

Le scandale du marché des bavettes n’a pas fini de faire parler de lui. Le ministre d’État chargé de la Fonction Publique, de la bonne Gouvernance et de la lutte contre la Corruption, Mohamed Abou, a réagi ce mardi 28 avril 2020 sur cette affaire. Rappelons, aussi, que l’Instance générale du contrôle des dépenses publiques a élaboré un rapport préliminaire sur les nombreux dépassements qui ont été constatés.
Auditionné par les députés de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) ce mardi, Mohamed Abou a assuré que rien ne prouve, jusqu’à présent, que Salah Ben Youssef, ministre de l’Industrie et des PME, avait un quelconque intérêt personnel à satisfaire. Il poursuit en rappelant que l’Instance générale a, en effet, constaté plusieurs dépassements allant à l’encontre des principes de la concurrence et relevant des conflits d’intérêts. « Le comportement pourrait laisser entendre qu’il existerait un soupçon de corruption. Cependant, le ministre de l’Industrie n’a pas délibérément voulu profiter de cette affaire ou en faire profiter quelqu’un d’autre. Il n’a fait que faire un effort », a-t-il expliqué devant les députés.
Les déclarations du ministre semblent, néanmoins, contradictoires. D’une part, il admet, conformément au rapport de l’instance, qu’un conflit d’intérêt existe – même implicitement -, mais d’autre part, il affirme que le ministre n’avait aucun intérêt à satisfaire.

A lire aussi :
Scandale des bavettes : il y a bel et bien un conflit d’intérêt et d’autres dépassements

Lire aussi
commentaires
Loading...