POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

L’UGTT avise… et le secteur privé condamne

L’UGTT a rendu public ce mardi 21 Avril 2020 un communiqué dans lequel elle a exprimé son étonnement face aux « interprétations erronées  » qui ont violé l’accord signé avec l’UTICA et le ministère des Affaires Sociales.

En effet, selon le communiqué, cet accord oblige le secteur privé à payer les salaires du mois d’Avril bien que le ministère des Affaires Sociales s’engage à payer 200 dinars.

L’UGTT a également indiqué que ces rémunérations font partie des droits des employés, qu’il ne s’agit pas d’un don et qu’ils ne sont pas coupables de l’arrêt de l’activité ni de la crise covid-19.

Le communiqué affirme également que l’accord est clair qu’il ne requiert aucune autre interprétation et que les salaires qui devront être payés ne sont en aucun cas des avances ou des prêts.

L’UGTT a, de ce fait, considéré que toutes les mesures contradictoires à cet accord nuisent à la crédibilité des négociations et à la responsabilité citoyenne du moment où elles sont capables de provoquer une crise sociale.

De leurs côtés, les représentants du secteur privé ont condamné ces propos puisqu’ils sont persuadés que cette crise et que ces conditions exceptionnelles ne sont pas non plus la responsabilité des propriétaires et des gérants des entreprises du secteur privé.

De plus, ils ont affirmé que le retard des salaires ou les licenciements éventuels sont susceptibles de provoquer une catastrophe sociale.

Néanmoins, ils proclament que l’Etat est contraint d’assumer cette responsabilité puisqu’il a ordonné l’arrêt de l’activité et les a empêchés de poursuivre leurs activités.

Par conséquent, ils ne sont pas désormais en mesure de procurer la liquidité nécessaire pour payer les salaires ni pour relancer leur activité après le confinement à cause de la stagnation des différents travaux et projets et de la rigidité des banques et des institutions de l’Etat.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...