POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Les grandes priorités d’une stratégie de lutte contre le Covid-19

La crise du Covid-19 constitue le plus important défi que les politiques publiques ont eu à gérer depuis l’indépendance dans notre pays. Aucune crise économique, politique ou sanitaire n’a eu les effets dévastateurs que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. Le défi posé par cette pandémie est d’autant plus important que la Tunisie vit une phase de transition démocratique difficile et complexe. Si la transition politique a connu d’importantes avancées sur la voie de la mise en place d’une nouvelle expérience démocratique, les transitions économiques et sociales rencontrent les plus grandes difficultés et notre pays peine à définir un nouveau modèle de développement et à mettre en place un nouveau contrat social. Les difficultés de la transition sont venues peser sur les effets ravageurs de cette pandémie.
Les réponses des institutions officielles n’ont pas tardé à se mettre en place. Balbutiantes au départ et centrées sur les aspects sanitaires, les stratégies du gouvernement n’ont pas tardé à embrasser les dimensions économiques et sociales de la crise.
Ces réponses doivent s’inscrire de mon point de vue dans une stratégie globale qui doit chercher à éradiquer la pandémie, protéger les citoyens et les acteurs économiques et planifier le monde d’après.
D’abord, il faut endiguer ! La première des priorités dans la lutte contre le Covid-19 concerne l’arrêt de la transmission du virus. La réponse de notre pays a évolué au gré de l’évolution de la pandémie et des expériences des autres pays. C’est ainsi qu’on est passé d’une stratégie de confinement limité à un confinement généralisé doublé d’un couvre-feu. Or, les autorités publiques éprouvent les plus grandes difficultés à mettre en place et à faire respecter le confinement total pour plusieurs raisons qui ne sont pas toutes liées à un manque de conscience de la part des citoyens. Il faut aussi mentionner toute cette population exclue du modèle de développement, qui vit au jour le jour et qui ne peut survivre à un confinement aussi strict.
Les autorités semblent s’orienter vers un renforcement du confinement et des mesures de distanciation sociale avec une possible extension du couvre-feu. Ces mesures sont importantes et probablement nécessaires au vu de la progression de la pandémie et des mutations inquiétantes du virus qui rendent sa maîtrise encore plus difficile.
Mais, ces mesures doivent être rapidement renforcées par deux mesures importantes : la généralisation des tests et le port des masques. Ces mesures sont des conditions sine qua non pour commencer à envisager un début de déconfinement. Tous nos efforts doivent porter sur la réalisation de ces deux objectifs majeurs pour favoriser une maîtrise rapide de la progression du virus.
La seconde priorité, c’est de protéger. Dans les moments de crise, l’Etat qui est l’expression de la volonté du vivre en commun doit jouer un rôle essentiel dans la protection des citoyens et des acteurs économiques. A ce niveau, une série de mesures ont été prises et annoncées par le gouvernement. La Banque centrale n’est pas en reste et elle a également mis en place des mesures importantes pour aider à faire face à la crise. Ces mesures couvrent les acteurs économiques en essayant d’aider les entreprises à faire face à une grave crise de liquidité en retardant un certain nombre d’échéances fiscales ou sociales. Ces mesures ont également couvert les ménages avec des aides sociales pour les couches les plus défavorisées et les plus touchées par la crise actuelle comme les couches moyennes qui doivent faire face à des remboursements d’échéances de crédit.
Mais, si ces mesures étaient nécessaires et importantes, elles ont été marquées par l’urgence et une approche de court terme. Or, il est clair aujourd’hui que ce virus continuera à marquer notre société pour des mois. Il est important de réfléchir sur les moyens de transformer ces formes de protection pour les acteurs économiques et les citoyens et les rendre plus durables.
La troisième priorité, c’est de relancer ! Mais, il y aura une vie après le Covid-19 car nous sommes persuadés que nous parviendrons à maîtriser cette pandémie. Il faudra dès maintenant commencer à préparer l’après et la nécessité de renouveler nos modes de vie et notre contrat social. Nous devons entamer notre réflexion dès aujourd’hui sur trois questions essentielles. La première concerne le retour nécessaire de la question sociale et la nécessité de redéfinir nos priorités dans ce domaine. A ce propos, une nouvelle vision des secteurs de la santé, de l’éducation et des mécanismes de solidarité sociale doit être au cœur de nos priorités et cette réflexion doit commencer sur la base des besoins mis en évidence par la pandémie.
La seconde question prioritaire concerne le modèle de développement économique et nos choix stratégiques, notamment dans le domaine industriel. Cette crise a remis à l’ordre du jour la notion de souveraineté et la nécessité de développer et de maîtriser un grand nombre de secteurs stratégiques dont l’industrie pharmaceutique. Il est important aujourd’hui de réfléchir sur les priorités de notre développement et les secteurs stratégiques que nous devons appuyer et développer.
La troisième question concerne les nouvelles technologies et la numérisation de nos procédures. En dépit des affirmations officielles et des efforts de certaines startups, nous continuons à enregistrer un retard sans précédent dans le domaine des nouvelles technologies et de la numérisation. En effet, la distribution des aides sociales au cours de cette pandémie et les longues queues pour les paiements ont montré l’ampleur de ce retard. Il est temps aujourd’hui d’élaborer une véritable stratégie pour rattraper le temps perdu et entrer véritablement dans le monde 4.0.
Endiguer, protéger et relancer doivent être les grandes priorités d’une stratégie nationale de lutte contre le Covid-19. Mais, cette stratégie doit être portée par un consensus politique démocratique et large pour sortir des divisions, des stigmatisations et faire de la lutte contre la pandémie notre seul objectif.

Lire aussi
commentaires
Loading...