POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

« La conjoncture exceptionnelle ne justifie pas la démarche du ministre de l’Industrie », lance Badreddine Gamoudi

Le président de la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Badreddine Gamoudi, a affirmé ce mardi 21 avril 2020 que la conjoncture exceptionnelle que traverse le pays à cause de la propagation du nouveau coronavirus ne justifie en aucun cas la démarche du ministre de l’Industrie et des PME, Salah Ben Youssef, liée à la présumée affaire de corruption et de conflit d’intérêts impliquant également le député et membre de la commission de l’Industrie au Parlement, Jalel Zayati.
Dans ce contexte, Badreddine Gamoudi a affirmé que Jalel Zayati a adressé, hier lundi, une lettre écrite dans laquelle il a présenté ses excuses à la commission pour avoir entamé les négociations pour la confection de deux millions de bavettes réutilisables sans informer ses membres. Jalel Zayati a expliqué dans cette même lettre qu’il n’était pas au courant du fait que cette démarche constituait une infraction de la loi. En effet, l’article 25 du règlement intérieur de l’ARP stipule ce qui suit dans son second alinéa : « les membres de l’ARP ne peuvent pas conclure des contrats commerciaux avec l’État ou les organismes publics ou toute autre institution publique ».

Rappelons que le ministre de l’Industrie, Salah Ben Youssef, a à son tour, présenté ses excuses au peuple tunisien, ce mardi, lors de son audition par la même commission  « Je m’excuse si j’ai mal agi. Bien que je n’aie rien fait de mal et que je n’aie rien à me reprocher,  je présente mes excuses quand même», a-t-il assuré.

 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...