POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Didier Raoult prévoit la fin de la pandémie « d’ici un mois » : voici les raisons exactes de son hypothèse

Le directeur de l’IHU Méditerranée, déjà très affirmatif sur le nécessaire recours à la chloroquine en guise de traitement au Covid-19, fait une nouvelle prédiction très optimiste.
A sa grande expérience des maladies infectieuses s’associe des prédictions toujours très positives. Des positions qui divisent la communauté scientifique et lui attirent des critiques en tous genres. Après ses préconisations répétées sur le recours à un traitement à base de Chloroquine afin de lutter contre le nouveau coronavirus appelé Covid-19, le professeur Didier Raoult fait une annonce qui va sans doute être très commentée. Le célèbre – et controversé – directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée n’exclut pas la fin prochaine de la pandémie. Son hypothèse ? Il ne s’agirait que d’une « maladie saisonnière ». Dans la dernière vidéo publiée par ses équipes, dans laquelle il évoque la baisse du nombre de cas de réanimation à Marseille, la gestion critiquable de la crise dans les pays riches ou encore les propriétés spécifiques de certaines infections, le scientifique de 68 ans va même plus loin et affirme : « Il est possible que d’ici un mois, il n’y ait plus de cas du tout dans la plupart des pays tempérés ».
*Des cycles qui n’ont pas des réponses simples
Mais comment peut-il avancer pareille nouvelle ? Ses réponses sont sans détour et prônent le bon sens ainsi que l’observation courante des maladies de ce type. « Il n’y a pas d’explication simple sur la saisonnalité, rappelle-t-il. Beaucoup, beaucoup de maladies sont saisonnières. Des maladies infectieuses, et pas que. C’est vrai aussi sur les maladies cardio-vasculaires ou bactériennes. Les infections virales respiratoires dans les pays tempérés sont plus fréquentes pour la saison froide et s’arrêtent en général au printemps ». D’après l’évolution des courbes, il n’y aurait ainsi pas de raison que le même cycle ne soit pas observé pour le Covid-19, selon lui.
Une croyance commune laisse à croire que ce pourrait être la chaleur qui annihile la propagation de certains virus de la grippe. « Pas du tout », rétorque Didier Raoult. Il poursuit :  » Dans la zone intertropicale, il y a beaucoup plus de grippes, alors qu’il fait très chaud. Il y en a toute l’année, il y en a plus l’hiver. On ne peut pas juste corréler ça à la température, à l’humidité ».
*Des analyses de données plus précises à sa disposition ?
L’autre élément sur lequel le professeur se base pour estimer fort probable la fin proche de la pandémie est statistique. Ne faisant pas mystère de ses très nombreuses sollicitations, celui qui est adoubé par plusieurs personnalités politiques, comme Christian Estrosi ou Nicolas Sarkozy, par exemple, conclut : « Je reçois beaucoup de mails qui analysent les données disponibles, parfois de manière beaucoup plus profonde et professionnelle que dans les journaux scientifiques. Parmi les gens confinés, il y a de très bons mathématiciens, de très bons statisticiens ».
(Télé-Loisirs)
Lire aussi
commentaires
Loading...