Une ancienne députée dénonce la police politique d’Ennahdha

Selma Mabrouk, aincienne députée d’Al Massar.

Ce n’est pas en mâchant ses mots que l’ancienne députée du parti Al Massar, Selma Mabrouk, s’est attaquée à Ennahdha pour dénoncer sa mainmise sur l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Dans un statut publié sur sa page Facebook, elle a surtout placé Habib Khedher, désormais chef du cabinet et chouchou de Rached Ghannouchi, dans son viseur.
« L’Assemblée s’est muée en annexe de Montplaisir – ndlr : localisation du siège d’Ennahdha -, avec pour chef de police politique, l’ex-rapporteur en personne [Habib Khedher] ». L’ancienne députée considère que le Chef du cabinet de Ghannouchi est entrain de consulter les données personnelles de chaque visiteur de l’ARP. Des données qui lui sont soumises, selon elle, la veille de chaque visite effectuée au sein de l’institution. C’est ainsi que la police politique fonctionne d’après la députée, puisque « rien n’échappe à l’œil de Montplaisir à propos des contacts des députés ». « Habib Khedher ne s’en tient pas à cela. Il s’est aussi offert un pouvoir discriminatoire personnalisé. Il rejette qui il veut, quand il veut. Il accepte qui il veut, quand il veut, sans aucune justification », a encore écrit l’ancienne élue d’Al Massar.

Lire aussi
commentaires
Loading...