Stop au cancer de la discrimination!

Par Rayed Chaïbi*

Il est temps de briser les tabous et les préjugés et notamment ce cancer du nom de DISCRIMINATION qui porte clairement atteinte à l’unité nationale!

Cette unité nationale bafouée par certains qui usent et abusent de cette mode du moment consistant à cogner dur sur les binationaux, ces « bâtards » coupables de « servir les intérêts de l’étranger ».

Être binational ne veut pas dire aimer ou servir plus un pays qu’un autre, cela veut dire partager la richesse de deux cultures que parfois on hérite de nos parents et de nos grands-parents.

Lorsque je suis sorti du ventre de ma défunte mère, me suis-je rendu coupable d’être sorti dans une clinique située sur le sol français ?

Comment peut-on fouler aux pieds et violer sciemment l’article 21 de la Constitution qui précise que nous sommes égaux devant la loi « sans discrimination » ?

Allons une bonne fois pour toute au bout du problème et osons carrément :

  • Interdire à la diaspora de cumuler une autre nationalité en plus de la tunisienne!
  • Interdire le transfert de devises des binationaux !
  • Supprimer l’article 40 qui prévoit le droit au travail pour TOUT citoyen et citoyenne !
  • Retirer le droit de vote aux citoyens tunisiens binationaux et non musulman !
  • Interdire aux associations binationales d’exercer des activités sur le sol national tunisien!

On peut continuer encore comme ça mais tout le monde sait que C’EST IMPOSSIBLE à réaliser alors pourquoi laisser entretenir cette discrimination vis-à-vis de ceux qui contribuent AUSSI au développement économique de la Tunisie !

Tout ce débat amène à se poser la question d’une évolution de la constitution pour réellement garantir l’égalité entre les tunisiennes et les tunisiens et mettre fin de manière plus stricte à la discrimination.

Pourquoi par exemple un citoyen Tunisien né en Tunisie et possédant une double nationalité peut être candidat à une élection aussi importante que les présidentielles et pas un citoyen Tunisien né à l’étranger?Ce citoyen tunisien de père, de mère, de grand-père et de grand-mère serait-il « moins patriote » pour concourir à la magistrature suprême ?

Pourquoi un binational né à l’étranger peut être Ministre voire Chef du Gouvernement mais pas président de la République ?

Le président de la République est le garant de l’unité de la Tunisie et veille au respect de notre constitution, je me demande donc pourquoi on devrait empêcher un citoyen tunisien né à l’étranger de se présenter à une fonction qui est justement censé le protéger contre les discriminations !

Pour les législatives, pourquoi imposer un âge de 23 ans pour candidater quand on peut voter dès l’âge de 18 ans ? et pourquoi cette obligation pour candidater d’être tunisien depuis au moins 10 ans ? Pourquoi ne pas simplifier en abaissant l’âge de candidature à 18 ans, y compris pour les présidentielles, pour justement promouvoir et encourager la participation des jeunes et préciser uniquement que peuvent concourir « tous citoyens de nationalité tunisienne » ?

Autre question tabou : La religion détermine-t-elle le sens de l’Etat et le patriotisme ? N’est-ce pas l’article 39 de notre constitution qui précise que « l’Etat encourage l’ouverture sur les civilisations »?Quand un citoyen tunisien transfert des devises en Tunisie, on ne regarde pas s’il est tunisien de naissance ou de filiation et on ne regarde pas non plus sa religion !

Pourquoi ces restrictions, ces préjugés sur la double nationalité, sur la religion quand notre constitution précise par son article 6 que « l’Etat s’engage à diffuser les valeurs de modération et de tolérance ».

Je reste stupéfait de voir des attaques, critiques, insultes de la part de personnes censées justement respecter notre constitution!

J’espère Monsieur le président de la République que vous étudierez ces propositions pour nous garantir la jouissance pleine et entière de nos droits constitutionnels, ces droits qui sont les fondements mêmes de notre démocratie et de notre unité nationale.

J’espère Monsieur le président que vous pourrez garantir dans le droit et avec une extrême vigueur cette tolérance et cette protection contre ces discriminations à l’image de ce qu’a fait votre défunt père Si Moncef en protégeant la jeune et future illustre avocate Gisèle Halimi.

Nous sommes tunisiens, nous sommes la Tunisie, nous sommes la République, nous sommes patriotes, nous sommes le symbole de la Nation et vous en êtes le garant.

VIVE NOTRE TUNISIE UNE ET INDIVISIBLE!

*Président d’association 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...