Ramadan : l’éternel casse-tête de la surconsommation

S’il représente, normalement, le mois du partage, de la retenue et de la rationalisation, le Ramadan rime plutôt avec toute sorte d’excès et pas seulement en Tunisie. Et qui dit excès, dit aussi sur-consommation et, de ce fait, hausse des prix des produits à la consommation.
Dans une déclaration sur Mosaïque FM ce samedi 7 mars 2020, le ministre du Commerce, Mohamed Meslini a assuré que tout est mis en oeuvre afin de faire pression sur les prix pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens durant les périodes de pic de consommation, notamment le Ramadan.
Dans cette optique, des brigades d’inspections sont mobilisées. Rien qu’au Grand Tunis, 180 inspecteurs sont mobilisés, épaulés par les agents de sécurité et de la santé publique. « D’autres inspecteurs sont mobilisés dans les autres gouvernorats du pays », a encore déclaré le ministre.

La consommation explose !
Au Ramadan, en termes de consommation, le tunisien bat des tristes records. Sa consommation, selon l’Institut National de la Consommation (INC), augmente de 34% en moyenne : +111% pour les dates et +114% pour le thon. Au niveau des œufs, on passe de 15 unités par mois à 26 unités au Ramadan. Même tendance de gaspillage pour le pain (+22%) et pour les produits laitiers (+400% pour le lait fermenté). Au niveau des dépenses, un tunisien, selon l’INC, dépense 34% de plus par rapport aux autres mois de l’année.
A titre d’information, le Ramadan 2020 aura lieu, selon les calculs astronomiques, le jeudi 23 avril. Reste à savoir ce que la « très attendue » – à prendre au second degré – annonce du Mufti de la République nous dira.

Lire aussi
commentaires
Loading...