Quand le coronavirus fait dérailler le monde du sport

Le Paris Saint-Germain jouera son avenir européen cette saison sans le moindre spectateur. Une disposition radicale qui découle de l’annonce faite dimanche dernier par le ministre français de la Santé, Olivier Véran, concernant l’interdiction de tout rassemblement de plus de 1000 personnes en France
Entre annulations, reports, et matchs à huis-clos, le monde du sport est contraint de prendre des mesures drastiques sous la pression des pouvoirs publics, face à la propagation du coronavirus. Avec des conséquences économiques déjà très importantes.
Après la douche froide du match aller, le huis-clos à cause du coronavirus. Le Paris Saint-Germain jouera son avenir européen cette saison sans le moindre spectateur. Une disposition radicale qui découle de l’annonce faite dimanche soir par le ministre français de la Santé, Olivier Véran, concernant l’interdiction de tout rassemblement de plus de 1000 personnes en France.
La préfecture de police de Paris a ainsi confirmé lundi matin, que le huitième de finale retour de Ligue des champions face aux Allemands du Borussia Dortmund, se jouerait à huis-clos au Parc des Princes, mercredi soir. Un handicap très fort au niveau sportif, deux semaines après la défaite subie à l’aller outre-Rhin (2-1). Mais aussi économique.
« Le manque à gagner pour le PSG sur une telle rencontre est de l’ordre de cinq millions d’euros de recettes matchday, c’est à dire en billetterie, restauration et merchandising », observe ainsi Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycles.
Même punition pour l’Olympique Lyonnais, qui se déplacera pour le coup dans le Piémont pour affronter la Juventus Turin dans un stade vide.
(Challenges)
Lire aussi
commentaires
Loading...