« le citoyen doit prendre conscience de l’importance du confinement », souligne le Porte-parole du ministère de l’Intérieur :

Crédit photo : Mohamed Krit.

Malgré les consignes de sécurité, il est regrettable de constater que certains concitoyens n’ont pas encore réalisé l’importance du confinement dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Qu’en est-il au niveau sécuritaire ? Que peut faire le ministère de l’Intérieur, qui est mobilisé à 1000%, dans ce contexte ? Selon son porte-parole, Khaled Hayouni, il s’agit, surtout, de sensibiliser les citoyens sur la nécessité de respecter les consignes des autorités sanitaires.
« Nos unités sécuritaires agissent, au mieux, dans le cadre du respect de la loi. De arrestations ont même eu lieu. Cette situation constitue une première universelle, et c’est aussi valable pour les plans juridique et organisationnel », a-t-il déclaré à Réalités Online ce lundi 23 mars 2020. Le porte-parole a expliqué que le couvre-feu classique est instauré pour protéger l’ordre public de toute sorte de menaces. Or, ici, il s’agit d’un confinement d’ordre sanitaire, ce qui rend la situation particulière.

« Nous ne pouvons pas être partout pour faire respecter les règles, d’où le rôle des citoyens »
Le ministère de l’Intérieur, poursuit son porte-parole, a déjà déployé ses patrouilles afin de sensibiliser les citoyens sur l’importance du respect des règles du confinement. « Nous avons mobilisé des agents pour ce faire, déployés dans plusieurs quartiers du pays. Nous ne pouvons pas être partout pour surveiller tous les établissements devant lesquels de grands rassemblements peuvent se former. Nous avons établi des règles que les citoyens doivent respecter, notamment en ce qui concerne la distance de sécurité. De ce fait, les citoyens doivent réaliser qu’ils ont un rôle à jouer », a-t-il expliqué.
Khaled Hayouni poursuit en affirmant qu’il y a eu, effectivement, des transgressions délibérées des règles du confinement. Au total, 50 personnes ont été arrêtées le dimanche 22 mars 2020. « C’était dans le cadre des opérations de contrôle routinier. Ces contrôles nous ont d’ailleurs permis de sauver des vies. Les agents de la Garde Nationale ont, en effet, secouru un diabétique et ont transporté une femme souffrant d’une infection intestinale à l’hôpital », a-t-il encore précisé, et d’ajouter : « nous ne pouvons pas placer tous les transgresseurs en prison. Le pays ne peut pas être bloqué. C’est un travail à mener au niveau des consciences et les médias ont un rôle à jouer ».

Précisions sur les incidents de Sousse
D’autre part, le porte-parole du ministère de l’Intérieur est revenu sur les incidents qui ont marqué la soirée du dimanche 22 mars 2020 à Sousse, où des citoyens ont refusé d’accueillir des personnes rapatriées de l’étranger, devant être mises en quarantaine.
Khaled Hayouni a insisté sur le fait que les personnes contaminées – ou suspectées de porter le coronavirus – ne sont pas des criminels. « Les sécuritaires ont, tout d’abord, placé les personnes rapatriées en lieu sûr, pour ensuite disperser ceux qui se sont opposés à leur arrivée. D’ailleurs, plusieurs arrestations ont eu lieu. Notre objectif est double : protéger les personnes mises en quarantaine et déjouer toute tentative de fuite de ces zones », a-t-il conclu.

Crédit photo : Mohamed Krit.

Lire aussi
commentaires
Loading...