POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Pénurie de semoule et de farine : l’Armée Nationale intervient pour sécuriser l’approvisionnement

Depuis le début du confinement, et comme lors de chaque crise, les accapareurs essayent de tirer profit de la situation en monopolisant les produits de base, ajoutée à cela la spectaculaire ruée des citoyens vers les commerces pour remplir leurs stocks. Le ministre du Commerce, Mohamed Mesilini, a affirmé, ce vendredi 27 mars 2020, que la demande était effectivement inhabituelle.
Intervenant dans le journal de 8h de Shems FM, il a expliqué que l’approvisionnement en produits de base est dirigé, en priorité, aux zones rurales, là où la logistique est faible. La seconde étape consistera à approvisionner les zones intérieures. La circulation des camions transporteurs sera surveillée afin d’éviter les agressions et les braquages. Dans cette optique, l’Armée Nationale sera mobilisée afin d’assurer la sécurité de ces camions transportant les produits de base.
« Nous appelons les citoyens à rationaliser leur consommation. Les produits de bases sont disponibles et tout le système fonctionne. Il s’agit de bien contrôler les circuits de distribution. Dans les prochains jours, la problématique sera résolue », a-t-il assuré.

1700 tonnes de semoule sont injectés chaque jour
D’autre part, le ministre du Commerce a souligné que certains produits sont importés, à l’instar du blé tendre. Concernant le blé dur, la production nationale ne peut satisfaire que le tiers de nos besoins. « Nous injectons, chaque jour, 1700 tonnes de semoule pour pallier au manque, mais malgré cela, il y a une surconsommation et les accapareurs sont entrés en action », a-t-il regretté.
Concernant les grandes surfaces, qui ont instauré une politique de rationnement – 2 briques de laits par client -, le ministre les a appelées à convaincre les citoyens de la nécessité de rationaliser leurs consommation. « La demande mondiale en produits de base est importante. Nous devons nous contrôler afin d’assurer l’approvisionnement au niveau national », a-t-il encore dit.
Concernant les marchés de gros, le ministre a expliqué qu’ils ne seront, désormais, ouverts que 3 jours par semaine, et ce malgré la contestation de certains commerçants. « Il s’agit de réduire le nombre de personnes rassemblées dans un même endroit », a-t-il noté.

Lire aussi
commentaires
Loading...