PDL : la présidence de la République doit condamner le « takfir »

La scène politique semble encore secouée par la débâcle qui a récemment eu lieu sous la couple de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple), lorsqu’un accrochage a eu lieu entre Abir Moussi, présidente du groupe parlementaire du Parti Destourien Libre (PDL), et les députés de la Coalition Al Karama.
Dans un communiqué publié dans la soirée de ce vendredi 6 mars 2020, le PDL a appelé la présidence de la République a condamner les discours appelant à l’apostasie – le fameux « takfir » – par le biais d’un communiqué officiel.
D’un autre côté, le parti a appelé à la tenue d’une réunion du Conseil de Sécurité Nationale afin de mobiliser les institutions militaires et sécuritaires, et aussi afin de leur fournir tous moyens logistiques et matériels nécessaires. Il s’agit, aussi, de faire preuve d’une volonté politique claire afin de « nettoyer les montages des groupes terroristes ». Le parti a aussi appelé à resserrer l’étau atour des cellules dormantes qui se trouvent dans les villes et les citées. Dans ce contexte, il est nécessaire de les démanteler et de lever le voile sur le soutien politique dont elles profitent. Sans doute, le PDL fait référence, implicitement, à Ennahdha.
Le parti est, encore une fois, revenu sur la débâcle de l’ARP. Il considère que le député Nidhal Saoudi (Coalition Al Karama) a qualifié Abir Moussi « d’ennemie de l’Islam » Le PDL a aussi dénoncé le fait que Mohamed Affes, autre député de la Coalition Al Karama, considère l’apostasie comme légale.

Lire aussi
commentaires
Loading...