Libye : intenses frappes aériennes sur Misrata, Sarraj sous pression

Un déluge de feu tombe sur Abou Ghrayn. Les bombardements aériens de cette position se poursuivent et les forces terrestres bénéficiant d’un appui consistant de tirs  MI35 poursuivent leur progression.
Selon des sources proches du GNA la situation militaire de leurs unités dans Abou Slim est actuellement désespérée.
Par ailleurs on signale que 15 turcs ont été capturés par l’ANL, il y a quelques heures à Abou Slim et plusieurs combattants du GNA ont été mis hors d’état de nuire.
Selon les annonces de l’ANL, l’objectif fixé pour leurs troupes est, une fois l’obstacle détruit, l’encerclement complet de Misrata.
Sur le front de cette dernière, le fait majeur de la journée est la reprise des frappes aériennes sur tout le secteur sud-est de la ville en particulier sur les concentrations des forces misrati à Abou Ghrayn. A l’ouest de Misrata, la pression imposée par la 9è unité de Tarhouna pose de grosses difficultés aux unités miliciennes  qui avaient annoncé dans la nuit avoir perdu leur commandant du secteur de Qarabolli, Hichem Al Jaruro.
Sur le front de Tripoli, l’Armée de libération s’est employée à neutraliser les tentatives de contre-attaques de harcèlement des milices, particulièrement à Ain Zara. Les milices auraient perdu plusieurs de leurs combattants dans ces accrochages.
Certaines photos prises sur le terrain et circulant sur les réseaux sociaux montrent la capture par l’ANL de 2 ACV15 (Armored Personal Carrier chenillés turcs type M113) qui avaient été livrés à Tripoli par le navire Bana plus tard mis sous séquestre à Gènes) et de 2 BMC Kirpi. On distingue parfaitement les corps d’une dizaine de fantassins neutralisés.
Le fait majeur du front de Tripoli est la destruction de 2 drones TB2 turcs chacun armés de 4 missiles UMTAS (parfaitement visibles sur les prises de vues des épaves). Le premier TB2 a été abattu, le deuxième l’a été plus tard. Tous deux avaient décollé de Mitiga et n’ont pas eu le temps d’effectuer  des frappes.
Au plan général, les contestations se font de plus en plus nombreuses et conduisent Sarraj à réagir sous la pression surtout avec la menace de sécession d’une vingtaine de villes de l’ouest qui l’aurait incité à se séparer de son ministre de la santé. Cette information reste toutefois à confirmer d’autant que les informations sur les évictions de ministres ne manquent pas. Dans ce contexte, il semble que le porte-parole, ministre de l’information a été congédié dans la nuit
Quat à Siyyala, ministre des affaires étrangères, il fait  l’objet d’une virulente offensive politique. Des documents circulent qui prouveraient des affaires de corruption et la délivrance de passeports de complaisance (notamment à une jeune syrienne).
L’affaire reste à confirmer et à suivre.

Lire aussi
commentaires
Loading...