POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Il faut arrêter la pratique d’emprunter du FMI pour rembourser les salaires

 Aujourd’hui, les dépenses de l’Etat sont en train de s’aggraver d’une année à une autre. La majeure partie de ces dépenses est affectée aux salaires et non aux investissements et pour financer ses dépenses l’Etat a recours à l’endettement surtout extérieur provenant principalement de la FMI et de la Banque Mondiale

Récemment, le chef du gouvernement Elyés Fakhfakh a affirmé que son gouvernement est contraint de collaborer avec le FMI. En effet, il a indiqué que le taux d’endettement alarmant qui a atteint 80% ainsi que les différentes contraintes actuelles notamment celles liées aux  rémunérations des salariés obligent le gouvernement à négocier avec le FMI pour honorer ses engagements.
Mais, la BM et son jumeau le FMI ont systématiquement prêté à des États afin d’influencer leur politique. L’endettement extérieur a été et est encore utilisé comme un instrument de subordination des débiteurs. Il faut garder à l’esprit que la BM et son jumeau le FMI ne peuvent résoudre les problèmes qu’ils sont supposés résoudre, mais au contraire les aggravent et les multiplient.
Comment notre cher pays va-t-il rembourser ces dettes, si le nouveau gouvernement ne procède pas aux réformes nécessaires ?
Il faut choisir entre réformer les entreprises publiques ou se soumettre  au FMI et à la Banque Mondiale.
Parmi les réformes qui urgent :

  • réduire la masse salariale et rationaliser les recrutements ;
  • améliorer la gouvernance des entreprises publiques et améliorer leur rentabilité ;
  • opter pour la transformation digitale de l’administration, lutter contre la corruption, les agissements hors la loi (Ex : pot de vin) et les détournements des biens de l’État ;
  • redresser la situation de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) et retour à la production ;
  • rétablir les équilibres macroéconomiques, surtout le déficit commercial, en stoppant toute forme d’importation anarchique et en relançant l’export surtout dans les secteurs porteurs tel que l’agriculture et les énergies renouvelables.

Par Amine
BEN GAMRA
Expert Comptable

Lire aussi
commentaires
Loading...