Covid-19: Un confinement « d’au moins six semaines », indispensable en France selon le conseil scientifique

Le confinement visant à endiguer l’épidémie de coronavirus « durera vraisemblablement au moins six semaines » à compter de sa mise en place, le 17 mars dernier, estime le conseil scientifique dans un avis diffusé mardi.
Le conseil scientifique de l’exécutif sur le Covid-19 a estimé « indispensable de prolonger le confinement » au-delà des deux semaines initialement prévues, dans un avis rendu public mardi.
« Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place » le 17 mars, écrit le Conseil, qui dit également « considérer nécessaire un renforcement du confinement », sans se prononcer sur les modalités exactes.
« Le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale. Le confinement doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d’une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas, » estiment les membres du Conseil.
Concernant sa durée ils soulignent également que « trois semaines (…) sont nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact ».
Une décision de sortie « pourra être prise sur la base d’indicateurs épidémiologiques indiquant notamment que la saturation des services hospitaliers, et des services de réanimation en particulier, est jugulée. Le gouvernement devra en outre s’assurer que les éléments d’une stratégie post-confinement sont opérationnels. Le Conseil scientifique émettra prochainement un avis sur la stratégie de sortie du confinement ».
Les membres émettent également un « point d’alerte » sur « la pénurie réelle ou ressentie de divers types de matériels, à commencer par les matériels de protection sanitaires indispensables ».
Ils recommandent aux « pouvoirs publics de faire preuve d’une entière transparence et de plus de clarté, afin de répondre aux questions que se posent les hôpitaux et les soignants quant aux stocks existants et à la manière dont les services seront approvisionnés ».
Lire aussi
commentaires
Loading...