Coronavirus : la Chine reprend vie, peu à peu

La Chine a tardé à reconnaitre publiquement la gravité de ce nouveau coronavirus. Aujourd’hui, le président chinois estime que l’épidémie est “pratiquement jugulée”.
Depuis ce mardi 17 mars, l’épicentre de l’épidémie de coronavirus se trouve désormais en Europe. Alors que la pandémie est partie de Chine, le pays sort doucement de l’hibernation et reprend vie peu à peu. Si le premier cas a été rapporté au mois de décembre dernier, il semblerait pourtant qu’un premier patient ait été infecté bien avant. Selon des informations publiées dans le quotidien hongkongais South China Morning Post, le tout premier cas pourrait remonter à un mois plus tôt, au 17 novembre 2019. Comme le rapportent plusieurs médias, le patient 0, âgé de 55 ans, serait en réalité un résident de la région d’Hubei, où se trouve la ville de Wuhan. Ces informations ont été détaillées dans un rapport interne du gouvernement chinois.
Dans les jours suivants cette contamination, les cas se sont rapidement multipliés passant ainsi à cinq nouveaux cas par jour. Il y avait ainsi quinze cas de contaminations le 27 novembre puis 60 le 20 décembre, 180 le 27 décembre, 266 au total à la fin de l’année, détaille Ouest France. Il faudra ensuite attendre le 27 décembre pour qu’un médecin du Hubei Provincial Hospital of Integrated Chinese and Western Medicine alerte les autorités sur l’apparition possible d’une nouvelle forme de coronavirus. Pour lui, il ne s’agissait pas d’une pneumonie atypique.
*Quarantaine à Wuhan
Fin décembre 2019, la directrice du département des urgences de l’hôpital central de Wuhan a envoyé l’échantillon d’un patient. Conclusion ? Il s’agit bien d’une infection avec un coronavirus. Comme le raconte le journal Le Temps, la directrice a également encouragé ses collègues à porter des masques. Dans le pays, pas question pourtant de confinement. Le 3 janvier, une directive a même été publiée, interdisant de diffuser des informations sur ce nouveau virus. Loin de se douter de l’épidémie mondiale qui se préparait, la réunion du congrès provincial s’est tenue mi-janvier. Il faudra attendre le 9 janvier pour que la Chine confirme l’émergence d’un nouveau coronavirus.
Malgré les preuves de contamination, la Chine ne confirme pas la propagation du virus entre les humains avant le 20 janvier. La ville de Wuhan a ensuite été mise en quarantaine le 23 janvier puis en quarantaine stricte à partir du 17 février. Le 10 mars, en visite à Wuhan, le président Xi Jinping a estimé que l’épidémie était “pratiquement jugulée” dans le pays.
Dans le monde, plus de 200 000 malades ont été recensés dont 80 000 en Chine.
Lire aussi
commentaires
Loading...