Coronavirus : coup dur pour la croissance économique mondiale

Si les pertes humaines qu’il a causées sont lourdes, le coronavirus a aussi fait des ravages sur le plan économique, surtout en Chine où les pertes sont estimées, selon Bloomberg, à près de 500 milliards d’euros.
Pour sa part, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a revu à la baisse les perspectives de la croissance mondiale à cause du virus. Elles passent, ainsi, de 2,9 à 2,4% pour 2020. Pis encore : si la même tendance se poursuit, à savoir les blocages observés dans des pays comme la Chine, la situation risque d’empirer.
Habitué à des croissances records, l’Empire du Milieu s’est vu attribuer un taux de 4,9% par l’OCDE, soit une baisse de 0,8 point par rapport à ce qui était prévu. C’est une très mauvaise nouvelle non seulement pour le pays, mais aussi pour les investisseurs, eux qui étaient habitués à une Chine avec une croissance d’au moins 7%.
C’est le même schéma dans la Zone Euro. De fait, l’OCDE a tablé pour une croissance de 0,8% seulement en 2020, soit une baisse de 0,3 point par rapport à la valeur initiale. La Zone Euro s’approche dangereusement de la croissance nulle, voire de la récession si la conjoncture ne s’améliore pas. La situation n’est guère meilleure aux Etats-Unis, même si ces derniers s’en sortent un peu mieux. La révision est limitée à seulement 0,1 point.
Comment expliquer cette tendance ? C’est la baisse de la production chinoise qui est principalement mise en cause par l’OCDE, témoignant ainsi de la place incontournable occupée par le pays dans la chaîne de production mondiale. Dans ce contexte, l’OCDE a appelé les gouvernements à prendre des mesures efficaces, en mobilisant suffisamment de moyens en vue de prévenir l’infection et de limiter la contagion. Il faut, aussi, œuvrer pour la préservation des revenus des groupes sociaux et des entreprises vulnérables pendant l’épidémie selon l’OCDE.

Lire aussi
commentaires
Loading...