Commerce extérieur : le déficit énergétique s’accapare de 50% du déficit total

Après l’inflation, l’Institut National des Statistiques (INS) a finalement rendu public les chiffres sur le commerce extérieur. Durant les 2 premiers mois de l’année 2020, on observe, selon les données disponibles, que les exportations ont légèrement baissé : 7606,8 MDT durant les 2 premiers mois de l’année contre 7719,4 MDT durant la même période en 2019. Même tendance baissière pour les importation : 9925,8 MDT en 2020 contre 10181,8 MDT en 2019. La hausse, l’an dernier, était de l’ordre 15,4 points par rapport à 2018.
De ce fait, le déficit commercial atteint 2319 MDT durant les 2 premiers mois de 2020 contre 2462,4 MDT durant la même période l’an dernier. Le taux de couverture, dans ce contexte, a augmenté de 0,8 point par rapport à ce qui est a été enregistré aux 2 premiers mois de 2019 : passant de 75,8% à 76,6%.

Un lourd déficit énergétique
Le déficit énergétique, pour sa part, est toujours aussi pesant. Il représente, à lui seul, 50% du déficit total, atteignant environ 1,2 milliard de dinars durant les 2 premiers de 2020 contre 726 MDT durant la même période l’an dernier.
Pour les exportations, certains secteurs ont vu leur activité ralentir en 2020. C’est le cas de l’énergie (-26,1 points), du textile, de l’habillement et du cuir (-4,1 points), ou encore des mines, des phosphates et dérivés (1,1 point). Par contre, l’agriculture et les industries agro-alimentaires ont su tirer leur épingle du jeu, puisqu’une hausse de 16,2 points a été enregistrée dans les exportations selon l’INS. Une fois encore, c’est grâce à la hausse des exportations de l’huile d’olive qui ont rapporté 371,9 MDT contre 288,6 MDT durant les 2 premiers mois de 2019. Idem pour les industries mécaniques et électrique : +0,6 point.
Par ailleurs, au niveau des exportations, la baisse a touché des secteurs comme les biens d’équipements (-11,5 points), les matières premières et  les demi-produits (-6,3 points) et les biens de consommation (-3,6 points). On constate, en revanche, une hausse des importations dans le secteur de l’énergie (+20,3 points), et ce en raison des achats des produits raffinés (283,7 MDT).

Le déficit persiste vis-à-vis de la Chine et de la Turquie
Vis-à-vis de ses principaux partenaires commerciaux, la Tunisie s’en sort plus ou moins bien. Il faut souligner que 71,8% de ses exportations sont destinés à l’Union Européenne (UE). Dans ce même contexte, l’INS indique que les exportations vers la France ont baissé (18,2 points) et de l’Allemagne (-4,9 points). Une hausse a été constatée pour les exportations vers l’Espagne (+37,9%à et l’Italie (+3,4 points).
En termes de chiffres, la Tunisie est déficitaire vis-à-vis de la Chine (-958,8 MDT), de la Turquie (-452,2 MDT), de l’Algérie (-373,4 MDT), de la Russie (-158,6 MDT) et de l’Italie (114,2 MDT). D’un autre côté, la Tunisie est excédentaire vis-à-vis de la France (+687,2 MDT), de l’Allemagne (+245,2 MDT), de la Libye (+234,9 MDT) et du Maroc (+84,1 MDT).

Lire aussi
commentaires
Loading...