Aux États-Unis, les personnes venues d’Europe ne sont plus les bienvenues

Aux États-Unis, le Pentagone a décidé de passer à la vitesse supérieure pour stopper la propagation du coronavirus. Le président américain, Donald Trump, a annoncé que l’accès au pays sera fermé à toute personne venant d’Europe. Une mesure préventive qui va durer 30 jours, qualifiée, par le milliardaire, d’une « action forte mais nécessaire visant à protéger la santé et le bien-être de tous les américains ».
Dans une allocution télévisée, Donald Trump n’a pas manqué de tacler l’Union Européenne, estimant qu’elle n’a pas pris « les mêmes précautions » que les États-Unis en vue d’endiguer le coronavirus. C’est à partir du vendredi 13 mars 2020, à minuit, que l’accès aux États-Unis pour les personnes venant d’Europe sera fermé.
Dans ce même contexte, le président américain a qualifié le coronavirus de « virus étranger ». Il a, d’un autre côté, appelé le Congrès Américain à adopter des mesures permettant de faire baisser les taxes au profit des ménages américains, ce qui leur permettra, selon lui, de mieux se protéger du virus.
On ne peut que comprendre le bien-fondé de l’annonce du milliardaire. Néanmoins, on ne manquera pas de souligner qu’elle s’inscrit pleinement dans l’optique de ses convictions conservatrices et anti-migratoires. C’est l’occasion idéale pour Trump de faire valoir son patriotisme et la nécessité de fermer les frontières américaines. Il y a quelques jours, Mike Pompeo, Secrétaire d’État américain, a suscité une vive polémique lorsqu’il avait qualifié le coronavirus virus de « virus de Wuhan » – berceau du virus -. Il faut éviter de confondre protection et xénophobie à des fins politiques. C’est, également, une occasion rêvée pour le milliardaire de tacler l’Union Européenne.
A titre d’information, 38 personnes ont succombé au coronavirus aux États-Uni. Le nombre de cas confirmés, pour sa part, a atteint 1200.

Lire aussi
commentaires
Loading...