Slim Feriani: Le financement alternatif et l’optimisation de la technologie s’imposent

Lors d’une conférence de Presse tenue ce lundi 3 Février 2020 au siège de l’Agence de la  Promotion de l’Industrie et de l’Innovation, le ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises Slim Feriani, a annoncé la validation de la loi du Crowdfunding par le conseil des ministres et l’introduction du projet d’élaboration de la stratégie Industrielle et d’innovation à l’Horizon 2035.

Le ministre a à cette occasion salué les efforts fournis par la BCT, le CMF et l’UTICA et leur large contribution à la mise en oeuvre de ce projet ainsi qu’à l’APII qui a fourni des efforts colossaux pour réduire les délais.

Le financement participatif : Un catalyseur potentiel pour la croissance économique

Feriani a mis l’accent sur l’importance du financement participatif et des opportunités d’investissement potentielles affirmant que ce projet vise essentiellement à minimiser les difficultés liées à l’accès au financement que rencontrent les PMEs en Tunisie.

Il a également insisté sur le rôle primordial joué par les PMEs sur le plan économique  notamment à travers le rétablissement de l’équilibre économique et la création des emplois.

Selon lui, l’initiative derrière ce projet ambitieux émane de la nécessité de trouver de nouveaux outils de financement, autres que les banques qui ne peuvent demeurer l’unique source de financement.

Assurément, il était temps qu’on s’inspire des stratégies réussies des autres pays qui ont compris qu’un moyen de financement participatif est primordial, notamment en période de crise.

En effet, les pionniers du « Crowdfunding » ou le financement participatif étaient les américains qui l’ont utilisé comme une »bouée de sauvetage » au milieu des péripéties de la crise des subprimes qui a chamboulé les repères des marchés financiers, non seulement aux Etats Unis, mais aussi au sein de toutes les places financières, à l’époque.

Les américains ont réussi à se remettre des séquelles de la crise grâce à l’innovation financière et aux modèles de financement alternatif qu’ils ont créés.

Jusqu’à ce jour, le crowdfunding joue un rôle remarquable dans le développement économique de plusieurs pays, notamment la Chine qui a fait un bon bout de chemin dans ce domaine. En effet, ce dernier permet de réaliser des collectes de fonds très importantes, pouvant atteindre 500 Millions de dollars.

De ce fait, Slim Feriani estime que ce projet est prometteur et est capable d’optimiser l’environnement des affaires, d’accélérer le rythme des investissements et de promouvoir la productivité.

 » Ce projet s’inscrit dans le même cadre que Start-up Act et des micro-crédits qui ont permis de concrétiser plusieurs projets prometteurs et de propulser leur développement …Le Crowdfunding a enregistré une croissance moyenne de 20% par le passé et peut créer un changement significatif dans le paysage économique. Par ailleurs, il faut absolument consolider les efforts, enraciner la culture de travail et faire preuve de persévérance. » déclare le ministre de l’Industrie.

Le ministre a également mentionné qu’on attend, actuellement, la validation de la loi par l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) pour qu’elle soit mise en vigueur, dans les meilleurs délais.

De surcroît, il a indiqué que l’équipe en charge de cette loi a essayé de flexibiliser les décrets d’application afin de réduire les délais d’activation et de pouvoir profiter du financement participatif le plus tôt possible.

Slim Feriani a aussi essayé de vulgariser le concept du « Crowdfunding » et d’expliquer les types de cet outil de financement, qui seront adoptés en Tunisie et qui sont : « Equity Crowdfunding » ou la participation dans le capital d’une entreprise et le « Crowdlending » ou l’accord de prêt ou de crédit à une entreprise.

En outre, le ministre de l’Industrie et des PME a indiqué que cet outil de financement alternatif est capable de collecter des fonds qui peuvent, éventuellement, s’élever à 50 millions de dinars en Tunisie et de provoquer un changement colossal dans la conjoncture économique, sur un horizon de 5 ans.

 » Cet outil de financement est ouvert au public et concerne les tunisiens résidents en Tunisie ou à l’étranger ; Tout le monde peut placer la somme qu’il souhaite pour financer des projets innovants, des start-ups ou des PME. » a-t-il affirmé.

Le Projet d’Élaboration de la Stratégie Industrielle et d’Innovation à Horizon 2035: La vision et l’adaptation au changement sont des atouts clés 

En introduisant ce projet, le ministre de l’Industrie et des PME a insisté sur l’importance d’une vision claire et d’un plan d’actions organisé, tout en restant ouvert aux innovations.

De ce fait, on a élaboré une stratégie à Court et Moyen Terme ( 2018-2020) et une autre sur le Long Terme, à l’horizon de 2035.

Les modules fondamentaux de la stratégie de ce projet se focalisent sur l’optimisation de la compétitivité, la promotion de la Tunisie en tant que pôle industriel et économique attractif, l’optimisation de la qualité de la Technologie en Tunisie et le passage progressif à l’Intelligence Artificielle.

Le ministre a mis l’accent sur le rôle de l’industrie dans l’économie tunisienne:  » On ne peut pas nier que le tourisme et l’agriculture jouent des rôles importants dans l’économie du pays, néanmoins, il ne faut pas négliger le poids significatif de l’industrie qui représente 25% de l’économie. »

Le travail se passe sur des étapes et en collaboration avec plusieurs parties à l’instar de la Banque Africaine de Développement BAD et en coordination avec les différentes régions à travers les 24 gouvernorats.

Feriani a également souligné la nécessité de l’élaboration de stratégies réalistes et applicables sur le tas et qui sortent du périmètre de la théorie.

Il a également insisté sur les défis à relever en termes d’innovation technologique et d’Intelligence Artificielle pour réussir à provoquer une transformation concrète de la conjoncture économique.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...