Ghar El Melh célébre La Journée Mondiale des Zones Humides sous le thème de la biodiversité

La Journée Mondiale des Zones Humides & la mémoire de la convention de Ramsar

La Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH) est une célébration ayant pour objet de commémorer la signature de la Convention de Ramsar en Iran qui a eu lieu en 1971.

On a choisi Ghar El Melh pour abriter cet événement du moment où c’est la première ville de l’Afrique du nord à obtenir le Label Ramsar .

Le thème sélectionné pour cette édition par le secrétariat de la Convention de Ramsar est la biodiversité.

En effet, on a envisagé de mettre en exergue le rôle primordial de ces zones ainsi que les richesses qu’elles offrent à la planète et aux différentes espèces humaines.

En outre, cette célébration est destinée à la proposition des stratégies adéquates pour préserver ces milieux et les ressources qu’ils procurent aux populations.

Cette journée a rassemblé les parties prenantes impliquées dans les stratégies potentielles de la préservation des zones humides à l’instar des responsables au sein des établissements de l’Etat ( Le directeur général des Forêts au sein du Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, le directeur général de l’environnement et de la Qualité de Vie au sein du Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement, Le commissaire régional du développement agricole de Bizerte et le Maire de Ghar El Melh) et des associations et des activistes de la société civile (Association de l’Environnement et du développement de Soliman, Association «  Les Amis des Oiseaux »,…).

Le Fonds Mondial pour la Nature-Afrique du Nord (WWF-NA) en partenariat avec la Direction Générale des Forêts (DGF) a participé à l’évènement dans le cadre du Projet GEMWET «Conservation et Développement Durable des Zones Humides Côtières à Hautes Valeur Ecologique- Ghar El Melh» qui vise au soutien du développement économique, socioculturel et écologique autour des zones humides de Ghar El Melh et en particulier de la lagune du même nom.

La préservation des Zones Humides : Un défi à relever

Les intervenants ont mis l’accent sur l’importance des zones humides dans l’écosystème sur le plan écologique (le rôle des ZH dans le climat par le biais du stockage du carbone terrestre, l’approvisionnement en eau, élimination des polluants, abri de 40% des espèces vivantes, protection des tempêtes …), économique (tourisme , création d’emplois,…) et social ( divertissement, alimentation,…).

En effet, la Tunisie contient 211 zones humides naturelles et 941 zones artificielles qui couvrent plus de 8% de la superficie du pays et abritent beaucoup d’espèces animales et végétales.

Toutefois, ces zones sont désormais menacées par plusieurs facteurs naturels et humains.

Lors de son intervention, le maire de Ghar El Melh, Mr Mustapha Ben Boubaker, a affirmé que la région souffre d’une « catastrophe environnementale » qui doit être affrontée en urgence, à cause du déversement des eaux utilisées dans la lagune de Ghar El Melh et de la pollution.

Les propos des invités ont également convergé sur la nécessité de la sensibilisation à l’égard de cette cause.

A cet effet, Mr Mohamed Boufaroua, directeur général des forêts au sein du Ministère de l’Agriculture, a insisté sur l’importance du partage de l’information et a appelé à la mise en place d’une organisation dédiée à cet objectif.

Il a également affirmé que ces zones jouent un rôle important au-delà de l’environnemental, notamment dans le tourisme.

De fait, il a appelé à l’élaboration de stratégies efficientes destinée à l’exploitation positive des zones humides et de la bonne gouvernance de ces milieux (aménagement des zones des randonnées : toilettes, cafés,…).

Mme Inji Hanini, commissaire régionale du développement Agricole de Bizerte, a aussi rappelé le rôle social de ces zones.

Par ailleurs, elle a mis le doigt sur la situation alarmante : «  95% des zones humides côtières sont aujourd’hui menacées par l’immersion … Les zones humides disparaissent 3 fois plus vites que les forêts. De ce fait, je souhaite qu’on trouve des solutions rapidement et il serait judicieux de commencer par la mise en exergue du rôle écologique de ces milieux. »

On a également évoqué d’autres dangers qui menacent désormais les zones humides.

En effet à Ghar El Melh, la zone côtière est désormais menacée par l’érosion et par les changements climatiques, le terrain de sable se dégrade et l’eau a immergé les sols agricoles,…

De fait, Hela Guidara et Imen Raîs, de WWF, ont parlé des différentes stratégies adoptées et des objectifs accomplis, jusqu’à présent.

En effet, les piliers essentiels de la stratégie adoptée se basent sur la conservation, la bonne gouvernance et l’utilisation rationnelle des zones humides.

L’objectif primordial de ces actions est la mise en œuvre d’une stratégie nationale destinée à la gestion durable des zones humides à l’instar de Ghar El Melh, Sabkhet Soliman et Sabkhet Ghar El Melh.

De ce fait, on a proposé de commencer par la centralisation des informations relatives à la situation actuelle dont souffrent ces zones afin d’impliquer, par la suite, toutes les parties prenantes dans le processus de préservation, de mettre en place de pratiques innovantes et de sensibiliser le grand public à l’égard des enjeux environnementaux.

Dans le cadre du projet «  GEMWET, plusieurs actions ont déjà été accomplies à l’instar du lancement du processus » Green Jobs » pour les emplois verts, l’ouverture d’un master sur la conservation des zones humides, le lancement du processus de concertation relative à l’élaboration d’une stratégie nationale des ZH en Tunisie,…

Cette célébration était une occasion qui a permis la mise en exergue des rôles des Zones humides dans l’écosystème, au-delà du rôle écologique et de la responsabilité de l’être humain dans l’état de ces zones.

Certes, les changements climatiques jouent un rôle dans l’équilibre de l’écosystème.

Néanmoins, la source la plus dangereuse de toute «  cacophonie » émane, dans la majorité des cas, de l’être humain.

Lire aussi
commentaires
Loading...