Tebbini: « Ghannouchi est malade de pouvoir; nous avons pitié pour lui ! »

Invité de l’émission Cappuccino sur Radio Cap FM, le dirigeant de Sawt Al Fallahine (la Voix des agriculteurs), Fayçal Tebbini a estimé jeudi 16 janvier qu’Ennahdha a échoué dans la gestion de la Tunisie.
« Ce mouvement dirige le pays par le biais des ministres, ou par voie des commissions au sein de l’assemblée des représentants du peuple, a-t-il martelé. Le premier gouvernement formé par Habib Bourguiba se composait de ministres venant des 16 gouvernorats de l’époque. Ghannouchi veut faire comme Ben Ali, et accaparer tous les pouvoirs. Il est malade de pouvoir. Il a choisi de présider le Parlement. C’est une faute qui va lui coûter cher. Elle signifie tout simplement sa mort politique. Nous avons pitié pour lui. Nous nous employons au sein de l’ARP à ne pas trop le traîner dans la boue. En cinq mois seulement de présidence, il a ridiculisé l’ARP de façon que n’avait jamais connu le Parlement durant la totalité des 5 ans de présidence de Mohamed Ennaceur. Aujourd’hui, pour un oui ou pour un nom, l’espace au milieu de la salle de l’ARP est investi par des députés qui se querellent« .
« Notre diplomatie est au plus bas, et nous regrettons tous la période de Bourguiba, a-t-il affirmé. Moncef Hadidane, qui était chef de cabinet du président de l’ARP, Mustapha Ben Jaâfar avait rang de secrétaire d’Etat. Idem pour Rochdy Guezguez à la tête du cabinet de Mohamed Ennaceur. Par contre, Ghannouchi, lui, a désigné Habib Khedher au rang de ministre. Et lorsqu’on lui pose la question pour savoir comment cela se fait, il argue du prestige de l’ARP. Ennahdha fait employer ses hommes. C’est devenu un office de l’emploi. Ses hommes étaient venus pour coloniser la Tunisie. Un jour, ils changeront notre drapeau et les institutions de l’Etat. Mais, rassurez-vous, on ne les laissera pas faire ! ».
* »Votre fin peut venir par le biais de Chahed ! »
Fayçal Tebbini a par ailleurs averti le président de la République, Kais Saïed contre le retour de Youssef Chahed à la tête du prochain gouvernement.
« Au président Saïed, je dirais: Si vous cherchez votre fin, soyez certain qu’elle viendra par le biais de Youssef Chahed qui a détruit le pays, a vendu la Tunisie à l’ALECA, a échoué durant sa présidence du gouvernement, et trahi Beji Caied Essebsi et toute la famille Essebsi. Ne forcez pas la main à votre peuple qui s’est largement exprimé sur la personne de Chahed en ne lui accordant pas plus de 10% des voix aux présidentielles. En tout cas, le parti Sawt El Fallahine a proposé à Saïed trois noms pour conduire le prochain gouvernement: Mongi Hamdi, Jamaleddine Gharbi et Safi Saïd. Nous avons par le passé entériné Abdelkrim Zbidi pour contrecarrer et fermer la porte devant Youssef Chahed et Ennahdha. Et nous y avons réussi« .
« Je suis quelqu’un d’intègre, ajoute le dirigeant de La Voix des agriculteurs. Je descends d’une famille modeste. Mon père a combattu contre la France, ma mère est analphabète. Au sein de notre parti, nous avons adopté une nouvelle démarche en exprimant la voix de l’agriculteur sans nous soucier d’appartenir ni à la droite ni à la gauche. L’enjeu en Tunisie est d’ordre régionaliste, corporatiste et de classe. Tout le reste, c’est du folklore. Nous combattons les extrémistes que ce soit de droite ou de gauche qui font dans l’hypocrisie. Nous avons affaire à la pauvreté contre laquelle nous luttons. Les idéologies, je m’en fous. Il y a des citoyens qui ont vendu leur pays en donnant leur voix contre un paquet de je ne sais pas quoi qu’on leur offre. Oui, des voix ont été achetées aux élections. Qui peut croire que Tebbini est « sale », qu’il a travaillé avec le RCD comme tentent de le faire croire des mal intentionnés ? Sawt El Fallahine, c’est mon enfant. Rassurez-vous, je n’irai pas dans un autre parti comme le prétendent certains« .
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...