L’Iran bombarde des bases militaires américaines en Irak

Cinq jours après l’élimination du général Qassem Soleimani par les Etats-Unis, l’Iran a riposté mercredi 8 janvier 2020 en tirant des missiles contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

Selon le Pentagone, une douzaine de missiles ont été lancés depuis l’Iran contre les bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil. Ces raids, revendiqués par Téhéran, marquent un tournant faisant redouter une escalade régionale ou un conflit ouvert, même si dirigeants américain et iranien ont rapidement semblé vouloir calmer le jeu.

Dans un tweet au ton particulièrement léger et plutôt apaisant, le président américain Donald Trump a indiqué qu’il ferait une déclaration mercredi matin et laissé entendre que le bilan n’était pas très lourd. «L’évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu’ici, tout va bien !», a-t-il lancé.

De son côté, Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, a affirmé que son pays avait mené et «terminé» dans la nuit des représailles «proportionnées». «Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre», a-t-il insisté.

L’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe. Les cours du pétrole s’envolaient de plus de 4,5% mercredi matin dans les échanges en Asie. Les Gardiens de la révolution iraniens, l’armée idéologique de la République islamique, ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région «afin d’éviter de nouvelles pertes», et menacé de frapper Israël et «des gouvernements alliés» de l’Amérique.

*Source: CNEWS

Lire aussi
commentaires
Loading...