L’indépendance de Fathi Haddaoui mise en doute

Des photos d’un document de trois pages signé par le Chef du Gouvernement désigné Habib Jemli comportant la liste nominative des 42 membres du prochain gouvernement (Ministres et Secrétaires d’Etat) a fait le tour du web dans la soirée d’hier mercredi.
Bien que l’authenticité de ce document ne soit pas encore confirmée, les internautes se sont mis à critiquer ou encore à se féliciter de la nomination de certaines personnalités à la tête des divers ministères.
A titre d’exemple, le nom du grand acteur tunisien Fathi Haddaoui,pressenti pour succéder à Mohamed Zine El Abidine à la tête du ministère des Affaires Culturelles, n’est pas passé inaperçu.
Sur les réseaux sociaux, des centaines d’internautes ont salué le choix de Habib Jemli considérant que Fathi Haddaoui est la bonne personne et est en mesure de remédier à la situation actuelle du secteur culturel.
Une page portant le nom de l’acteur, et qui serait la page officielle de ce dernier, a même repris l’information de son éventuelle nomination relayée par l’un des médias en ligne.
Par ailleurs, d’autres se sont mis à critiquer ce choix, le considérant comme populiste.
Pour eux, être un bon acteur ne reflète pas forcément la compétence de quelqu’un et son aptitude à gérer tout un département ministériel.
Quelques-uns se sont également mis à partager massivement des anciennes interviews et déclarations faites par l’acteur tunisien mettant ainsi en doute son indépendance politique et évoquant sa relation particulière avec les dirigeants du mouvement Ennahdha et particulièrement avec son chef Rached Ghannouchi.
Lire aussi
commentaires
Loading...