ECON4Tunisia Conferences : la question économique au cœur du débat public

"Sortir de la détresse sociale ! Pauvreté, inégalités, précarité, redistribution : Quelles politiques pour sortir de la crise sociale ?"

Les « ECON4Tunisia Conferences » se poursuivent en ce début d’année 2020 et seront un rendez-vous immanquable pour parler économie mensuellement jusqu’en juin 2020. Pour cette 2ème conférence le thème a pour intitulé : « Sortir de la détresse sociale ! Pauvreté, inégalités, précarité, redistribution : Quelles politiques pour sortir de la crise sociale ?».
La question des inégalités est aujourd’hui au cœur des débats économiques et fait l’objet d’un certain nombre de travaux de recherche, d’ouvrages et de rapports d’institutions internationales. A titre d’exemple, après le « Capital au XXIème siècle » publié en 2003, Thomas Piketty en 2019, revient sur cette question des inégalités dans son ouvrage « Capital et Idéologie » en la liant à des choix et des orientations de politique économique. Le PNUD a fait des inégalités, le sujet phare de son « Rapport sur le Développement Humain 2019 » en ne considérant pas seulement les inégalités de revenus mais plus largement les capabilités de base et les capabilités plus avancées. Ces capabilités concernent l’accès à des services d’éducation et de santé de qualité, et si le constat va dans le sens d’une meilleure accessibilité aux capabilités de base, de nouvelles formes d’inégalités apparaissent, liées au progrès technologique, aux changements climatiques, etc. L’ESCWA, dans un rapport publié en 2019, se penche également sur cette question des inégalités dans le monde arabe, selon une approche multidimensionnelle intégrant aussi bien les inégalités de revenus que celles liées au développement humain (éducation, santé, genre).
Les idées convergent sur l’idée qu’il ne s’agit plus de raisonner uniquement sur les inégalités de revenus mais de considérer ces inégalités de manière plus large et de réfléchir sur les politiques publiques à mettre en œuvre pour les réduire.

Objectif de la « ECON4Tunia Conference »#2 :
La question des inégalités est d’une importance majeure dans le monde, et en Tunisie en particulier. Les inégalités de développement régional sont à l’origine de la révolution de 2011. 64 ans après l’Indépendance, quelles ont été les réalisations en matière de lutte contre les inégalités et quels sont les défis auxquels nous continuons de faire face ?Quelles sont les menaces et quels types d’inégalités faut-il adresser en priorité ? Quelles politiques publiques (sociale, redistribution, fiscalité) mettre en place et quelles en sont la portée et l’efficacité ?
Quelles recommandations adresser aux autorités aujourd’hui ? Cette conférence sera l’occasion de débattre de toutes ces questions.

Pourquoi « ECON4Tunisia Conferences » ?
Après la conférence de lancement de l’initiative en août dernier, marquée par la présentation du livre bleu, les « ECON4Tunisia Conferences » ont démarré en décembre 2019 et se poursuivront jusqu’à juin 2020 à raison d’une conférence par mois avec pour objectif de mettre la question économique au cœur du débat public.

Au cœur des défis économiques du pays
Au regard de la situation économique que traverse la Tunisie depuis de nombreuses années et compte tenu de l’importance des défis à relever en la matière il est impératif de mettre l’accent sur trois éléments essentiels.

  1. La poursuite de la détérioration de la situation économique globale. Certes, des progrès ont été réalisés ces derniers mois notamment en matière de stabilisation (réduction du déficit des finances publiques, léger recul de l’inflation, et amélioration du taux de change du dinar par rapport à l’Euro et au dollar). Mais, globalement la situation économique reste inquiétante : la croissance est faible, les équilibres externes connaissent des déficits records, l’investissement ne cesse de reculer, la désindustrialisation est avancée. Mais, la plus grande inquiétude concerne l’absence d’une vision économique claire pour l’avenir.
  2. La marginalisation des questions économiques dans le débat public. Certes, l’initiative ECON4Tunisia a réussi à susciter l’intérêt sur les défis économiques à relever. Mais, cet intérêt est vite retombé au cours des campagnes présidentielles et législatives pour se concentrer sur les questions politiciennes, les manœuvres et les ambitions personnelles. Ainsi, même si le plus important défi est économique, l’économie reste le parent pauvre du débat public.
  3. L’absence de programmes économiques clairs et cohérents lors des dernières élections. Cette limite pèse de tout son poids sur les coalitions gouvernementales à venir et la grande incertitude sur leurs grandes orientations et projets économiques.
Lire aussi
commentaires
Loading...