La députée Ksiksi victime de racisme sur les réseaux sociaux

Dans une déclaration accordée à Mosaïque fm ce mercredi 4 décembre, Samir Dilou,  dirigeant au sein d’Ennahdha, a annoncé que son parti va porter plainte contre un député du parti Destourien Libre suite à des propos racistes à l’encontre de Jamila Ksiksi, députée du bloc Ennahdha au parlement des représentants du peuple. Dilou a fait savoir qu’un constat a été fait par un huissier de justice sur la page facebook de ce député pour relever les propos diffamatoires à l’encontre de la députée nahdhaouie.
Jamila Ksiksi, puisqu’il s’agit d’elle, est victime de propos racistes après s’être attaquée mardi à Abir Moussi et son bloc, le Parti Destourien Libre (PDL). Ksiksi a notamment traité les députés du PDL de « clochards » et de « bandits » lors de la séance plénière de mardi à l’ARP consacrée à l’examen du projet de loi de Finances complémentaires 2019.
Depuis, la députée est visée par une vague de commentaires à caractère racistes de la part de quelques internautes sur les réseaux sociaux. Elle a été notamment traitée de « singe » « habachia » (esclave)..
Des paroles ignobles qui, le moins qu’on puisse dire, sont basses et lâches et qui ont suscité l’indignation et la solidarité avec la victime.
Des associations de lutte contre le racisme en Tunisie (Association tunisienne de soutien aux minorités, association M’nemty…) ont fermement condamné ces propos racistes et promis de porter plainte devant les tribunaux.
Il est à rappeler qu’en juin 2018, la Tunisie a adopté une loi  contre les auteurs d’actes racistes et de discrimination. Elle prévoit, à titre d’exemple, une peine d’emprisonnement allant de 6 mois à 3 ans et des sanctions pécuniaires situées entre 500 à 1000 dinars.

Lire aussi
commentaires
Loading...