POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

ECON4Tunisia : Et si on revenait à l’économie : les défis économiques post-élections 

L’initiative ECON4Tunisia annonce le démarrage de son cycle de conférences mensuels « ECON4Tunisia Conferences ». Un cycle qui démarre par une conférence intitulée : « Et si on revenait à l’économie : les défis économiques post-élections ».

Pourquoi « ECON4Tunisia Conferences » ?
Après la conférence de lancement de l’initiative en août dernier, marquée par la présentation du livre bleu, l’initiative lancée par des économistes tunisiens a voulu mettre en place un cycle de rencontres capable de mettre la question économique au cœur du débat public. Le premier cycle « ECON4Tunisia Conferences » veut réunir les économistes avec les autres acteurs de la sociétés (hommes politiques, journalistes…) autour des questions économiques du pays une fois par mois jusqu’à juin 2020.
Les constats des experts membres de l’initiative amènent l’initiative à poursuivre son action et prolonger le travail entamé avec les « ECON4Tunisia Conferences » aux fins de débattre des questions économiques et de continuer à peser de manière collective sur le débat public.

Au cœur des défis économiques du pays
Au regard de la situation économique que traverse la Tunisie depuis de nombreuses années et compte tenu de l’importance des défis à relever en la matière il est impératif de mettre l’accent sur trois éléments essentiels.

  1. La poursuite de la détérioration de la situation économique globale. Certes, des progrès ont réalisés ces derniers mois notamment en matière de stabilisation (réduction du déficit des finances publiques, léger recul de l’inflation, et amélioration du taux de change du dinar par rapport à l’Euro et au dollar). Mais, globalement la situation économique reste inquiétante : la croissance est faible, les équilibres externes connaissent des déficits records, l’investissement ne cesse de reculer, la désindustrialisation est avancée. Mais, la plus grande inquiétude concerne l’absence d’une vision économique claire pour l’avenir.
  2. La marginalisation des questions économiques dans le débat public. Certes, l’initiative ECON4Tunisia a réussi à susciter l’intérêt sur les défis économiques à relever. Mais, cet intérêt est vite retombé au cours des campagnes présidentielles et législatives pour se concentrer sur les questions politiciennes, les manœuvres et les ambitions personnelles. Ainsi, même si le plus important défi est économique, l’économie reste le parent pauvre du débat public.
  3. L’absence de programmes économiques clairs et cohérents lors des dernières élections. Cette limite pèse de tout son poids sur les coalitions gouvernementales à venir et la grande incertitude sur leurs grandes orientations et projets économiques.
Lire aussi
commentaires
Loading...