Tunisie: un pays détourné, un peuple pris en otage

Par Moncef Kammoun*

Aujourd’hui, la Tunisie traverse la plus importante crise politique et économique depuis son indépendance. Nous sommes mêmes coupables de mal choisir les personnes qui ont été élu démocratiquement.
Plusieurs peuples dans l’histoire ont été coupables, du fait de leur bêtise et de leur manque de discernement. C’était le philosophe Français Pierre Proudhon qui disait : «la démocratie n’est que la tyrannie de la majorité ».

Bourguiba est mort, mais le Bourguibisme ne mourra jamais
De retour à Tunis en 1927, à l’issue de ses études supérieures en Droit et en Sciences politiques à Paris, Habib Bourguiba a été choqué par la réalité de son pays, il décide alors de combattre pour le bien du peuple auquel il vouait un amour sans faille.
Grâce alors à sa domination des mauvais instincts et sa suprématie de la raison sur les impulsions  émotionnelles, il a su combattre les idées reçues jusqu’à même heurter la sensibilité de ses compatriotes.
Savez-vous que notre Tunisie est :
-Le premier pays arabe à avoir promulgué un Code du statut personnel dés la première  année de l’indépendance (1956)
– L’unique pays arabe à avoir octroyé le droit de vote aux femmes,  aussi en 1956, avant même certains pays occidentaux comme Chypre (1960), Monaco (1962), la Suisse (1971), le Portugal (1976).
– Premier pays arabe à légaliser l’IVG (1973) sachant qu’il y a encore aujourd’hui des pays européens qui sont restrictifs en matière d’interruption volontaire de grossesse, comme la Pologne, l’Irlande, Malte et Chypre.
Savez-vous aussi que la Tunisie est :
-Le premier pays musulman à avoir aboli l’esclavage en 1847, avant même beaucoup de pays occidentaux.
– Le premier pays arabe à avoir été doté d’une constitution qui a été adoptée en 1861 après la proclamation du Pacte fondamental en 1857.
– Le premier pays arabe ayant un mouvement réformiste et intellectuel des Jeunes lancé en 1907 par Béchir Sfar, l’avocat Ali Bach Hamba et le politicien Abdeljelil Zaouche.
-Le premier pays arabe qui a fondé un syndicat par Mohamed Ali El Hammi en 1924. Quant au célèbre leader syndicaliste Farhat Hached, il fut le premier à avoir inscrit le mouvement syndical dans la lutte pour l’indépendance dès 1944.
-La Tunisie a été le seul pays au monde occupé par les Allemands, où il n’y a pas eu d’extermination de Juifs.
-Le premier pays africain et arabe qui a fondé La Ligue tunisienne des droits de l’Homme en 1976 par un groupe de personnalités issues de la mouvance libérale.

Le bon choix au bon moment
Bourguiba avait un sens aigu de l’efficacité. Il avait un niveau intellectuel élevé, une connaissance approfondie de la société et de la politique une vaste culture avec une grande lucidité permettant de faire les bons choix au bon moment.
C’est ainsi que des lois modernes garantissant des droits égaux pour l’homme et la femme dans le mariage, l’économie, la société et le travail ont pu être développées.
Ainsi était le Bourguibisme qui croit que la force impose le respect du droit, n’est que la force de cohésion du peuple et la solidarité de ses membres. C’est une force morale contre laquelle s’incline tôt ou tard la force matérielle, à condition de faire preuve de patience, de ténacité et d’esprit de sacrifice. Le bourguibisme est toujours d’actualité, il n’est donc pas une simple défense des acquis bourguibiens, mais toute une philosophie qui vise à être en avance par rapport à son temps.

Est ce la fin de l’ère Bourguibienne
L’un des résultats les plus absurdes de la révolution du 14 janvier 2011 est l’apparition du parti Ennahdha et de son président Rached Ghannouchi.
Lors de la révolution du 17 décembre-14 janvier 2011, Ennahdha se faisait le plus silencieux possible pour ne pas provoquer la colère de la dictature. Le jour où tout a basculé, suite à la fuite de Ben Ali, la machine du mouvement islamiste a allumé ses moteurs et le 30 janvier 2011, deux semaines après le départ de Ben Ali, Rached Ghannouchi rentre en Tunisie, il profite de la révolution pour donner une nouvelle impulsion au mouvement islamiste.
De nouvelles structures dirigeantes ont été créées avec un comité constitutif de 33 membres et un bureau exécutif de 13 membres.
Hamadi Jebali alors secrétaire général du mouvement, s’est rendu à Washington, en mai, à  l’invitation du Centre d’études de l’islam et la démocratie (CSID), dirigé par un militant du mouvement, Radhwen Masmoudi, et a rencontré à cette occasion, les sénateurs John McCain et Joseph Lieberman !
Ennahdha est sorti vainqueur des élections de l’Assemblée Nationale Constituante en octobre 2011 en remportant 40% des sièges.
Son principal objectif, était d’instaurer un Etat islamique fondé sur l’application de la charia. Rached Ghannouchi n’a jamais été un homme de principe, sans personnalité stable et encore moins d’amour propre, il est prêt à tous les compromis. Le « cheikh » aux multiples facettes suit toujours son intérêt personnel, il se forge un principe et engage l’action que commande la situation. C’est un homme fort, grand manipulateur, il sait convaincre qu’il pense ce qu’il dit, ce qui l’intéresse dans le dialogue c’est de manipuler ses interlocuteurs pour leur faire croire sa bonne fois. Il se nourrit de haine envers même les personnes les plus proches, il a toujours une idée derrière la tête.
Quand il n’est pas agressif, c’est pour se positionner en victime pour nous faire culpabiliser et obtenir ce qu’il souhaite. Ce même Rached Ghannouchi, a été élu le 13 novembre, président du Parlement Tunisien avec 123 voix sur les 217 que compte l’Assemblée et ce grâce à ses compromis.

La Tunisie a basculé dans son destin tragique
Aujourd’hui la Tunisie avec un Président qu’on hésite encore à qualifier, alors que selon ses dires, il n’a pas de programme mais il est là pour écouter les jeunes et répondre à leurs besoins! Pure démagogie, parce qu’il faut toujours les moyens de sa politique.  Et un président de l’Assemblée, membre de l’organisation internationale des frères musulmans et président à vie du parti islamiste, ne pourra en aucun cas sortir de son marasme politique et économique causé par ce même parti, un destructeur ne peut en aucun cas construire. Alors les premières victimes c’est nous.
Je pense que la Tunisie a le privilège d’avoir une élite, une classe intellectuelle, une population alphabétisée et des assises « civilisationnelles » favorisant le dialogue
Elle saura, j’en suis convaincu comment instaurer une nouvelle société avec des institutions tournées vers l’avenir qui permettront à sa jeunesse de trouver sa place en ouvrant des perspectives d’avenir fondées sur la justice, l’effort, le mérite et la prospérité.

                                       *M.K Architecte

Lire aussi
commentaires
Loading...