Le Syndicat national des radios privées hausse le ton

Le Syndicat national des radios privées riposte après les dernières mesures prises par l’Office national de la télédiffusion et de la radiodiffusion.
Il a tenu jeudi matin une réunion extraordinaire pour étudier la suspension de diffusion qui a touché plusieurs radios privées en raison de leur incapacité à s’acquitter de leurs engagements financiers à l’endroit de l’office national de la radiodiffusion et télédiffusion, et ce malgré un accord conclu avec le gouvernement pour résoudre le problème des impayés et des dettes.
Le Syndicat a imputé aux autorités publiques la responsabilité des dommages qui ont touché les radios privées dont la diffusion a été suspendue.
Il a demandé aux trois présidences de prendre des mesures urgentes afin de protéger les journalistes et d’activer les décisions gouvernementales au sujet des frais diffusion, et de les inscrire au sein du projet de la loi de finances complémentaire de 2019 et le projet de la loi de finances de 2020.
Le Syndicat national des radios privées a salué à cet égard la position du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) et de la Fédération tunisienne des directeurs de journaux (FTDJ) et toutes les composantes de la société civile pour la défense de la liberté de la presse et des journalistes.
Il a enfin réitéré sa disposition à défendre le secteur et tous ceux qui y exercent par tous les moyens légaux, y compris par voie de boycottage des instances et institutions qui se montreraient hostiles à l’égard des journalistes et des entreprises médiatiques que ce soit par les déclarations ou leurs pratiques, que ce soit à travers l’ignorance montrée vis-à vis des doléances du secteur et leur atermoiement dans la concrétisation des promesses.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...