« LE RADEAU » au théâtre Francine Vasse à Nantes

La pièce Radeau débarque à la ville de Nantes le 23 Novembre 2019 après une tournée mondiale.

Mise en scène par Cyrine Ganoune et Majdi Abou Matar, « Le radeau » adopte le sujet de l’immigration clandestine a travers l’histoire des réfugiés venus de la Tunisie, de pays arabes et africains, séparés par les frontières, unis par la souffrance sur une petite embarcation. Mitigés entre l’amour et la haine, tiraillés par leurs contradictions, ce groupe de personnes de plusieurs nationalités mènent ensemble leurs combats de résistance dans un voyage vers e parcours de la vie… ou de la mort.

– L’actrice Sofia Moussa incarne le rôle de Yassmine une libanaise qui a fuit son pays et qui se prétend être une syrienne. Afin de cacher sa vraie identité, elle s’est brûlée les doigts pour effacer ses empreintes digitales.

– L’actrice syrienne Nada al-Homsi incarne le rôle de la mère aventureuse et qui risque sa vie à la recherche de son fils; qui à son tour a migré illégalement.

– L’actrice tunisienne Rim Hamrouni incarne le personnage « zarga » une dame marginalisée qui décide d’immigrer clandestinement pour un autre monde.

– L’acteur tunisien Abd Elmoneem Chwaiet incarne le rôle de Bayrem qui voulait savoir à tout prix qui avait assassiné Chokri Belaid

– Parmi ces immigrants, on trouve un homosexuel fuyant sa terre natale à cause des étreintes de la société, de la famille et de la religion. Ce rôle est interprété par le tunisien Oussama Kochkra

– Deux immigrés africains, dont les rôles sont interprétés par les béninois Wugi Onsunusi et Mariam Dara (Bénin), révèlent explicitement l’hypocrisie de la société européenne qui refuse les migrants et qui leur impose des taxes en dépit de leurs contribution à l’enrichissement de l’Europe.

– Sept immigrés avec sept histoires différentes, chacun d’eux risque sa vie pour pouvoir réaliser son rêve mais ils sont tous sous les ordres du « LAS », un personnage sévère et pointu, qui est le propriétaire du Radeau et l’organisateur du voyage vers la mort. Un rôle interprété par le tunisien Bahri Rahali .

Le bruit des vagues et du vent, un décor sombre et la lumière des projecteurs sur la trampoline paraissaient aux amateurs de théâtre comme un bateau en mer. Ce qui a aiguisé la beauté esthétique et a rapproché l’imaginaire à la réalité, sont les sauts enchaînés des acteurs sur la trampoline, on dirait un bateau heurté par les vagues.

*D’après Communiqué 

Lire aussi
commentaires
Loading...