Vendredi de colère au Liban et appel au départ de tous les gouvernants

LA situation au Liban commence à devenir inquiétante. Ce vendredi, des milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour manifester leur colère suite à la décision des autorités de mettre en place une taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie internet.

Les dizaines de milliers de libanais de toutes confessions religieuses, politiques et classes sociales, ont lancé un appel de détresse face aux pratiques des responsables de l’Etat tout en les accusant d’avoir pillé l’économie nationale.  Ils ont également appelé au départ des trois présidents (chef du gouvernement Saad Hariri, président de la République Michel Aoun et président du Parlement Nabih Berri).
A noter que le Premier ministre  Saad Hariri, n’a pas tardé à réagir à ces manifestations. Lors d’une allocution prononcée dans l’après midi de ce vendredi, il s’est donnait ainsi qu’aux divers responsables de l’Etat un délai de trois jours avant de prendre une décision au sujet d’une éventuelle démission.

« Je me donne un très court délai : soit nos partenaires au sein du gouvernement donnent des réponses claires et définitives qui nous convainquent et convainquent ceux qui manifestent dans la rue ainsi que la communauté internationale, qu’il y a une décision de s’engager dans la réforme et d’arrêter le gaspillage et la corruption, soit j’agirai de manière différente (…) Ce délai est de 72h », a-t-il déclaré à l’issue d’une réunion avec le chef de l’Etat, Michel Aoun.

Lire aussi
commentaires
Loading...