Le tourisme tunisien face aux turbulences anglaises

(FILES) In this file photo taken on July 12, 2019 Pedestrians are pictured walking past a branch of a Thomas Cook travel agent's shop in London. - Iconic British travel firm Thomas Cook has failed to find further private investment to stave off collapse and is now relying on an unlikely government bailout, a source close the matter told AFP on September 21, 2019. The operator said Friday that it needed £200 million ($250 million, 227 million euros) -- in addition to the £900-million rescue deal secured last month -- or else face administration, which could potentially trigger Britain's largest repatriation since World War II. (Photo by Tolga Akmen / AFP)

Quels sont les impacts de la faillite de Thomas Cook sur le secteur et quelles sont les répercussions du Brexit sur le tourisme tunisien… ?
Cette double interrogation a interpellé les professionnels du secteur lors du séminaire organisé  jeudi par l’observatoire du tourisme que préside Afif Kchouk portant sur « la destination Tunisie sur le marché Britannique après la faillite de Thomas Cook et à la veille du Brexit ».
Afif Kchouk, président de l’observatoire devait en préambule rappeler que ce débat intervient à la veille de la prochaine participation de la Tunisie au salon mondial du tourisme TWM qui se tiendra à Londres du 4 au 6 novembre 2019. Une occasion pour les acteurs du secteur de s’imprégner de la nouvelle donne qui marque désormais le marché Britannique après la débâcle de Thomas Cook qui détenait plus de 70% du marché.
René Trabelsi, ministre du tourisme et de l’artisanat a précisé que la faillite de Thomas Cook a été en premier douloureuse pour les hôteliers « se réjouissant » par ailleurs de constater que la Tunisie est la dernière dans le classement des pays victimes de cette faillite. L’administration, dit-il encore, sera aux cotés des hôteliers pour l’instruction des dossiers de remboursement qui seront déposés chez les administrateurs judiciaires désignés par les autorités Britanniques pour la gestion de ce dossier. Les clients britanniques de ce tour-opérateur seront récupérés par les concurrents de Thomas Cook et maintiendront leurs vacances en Tunisie. Le même constat est confirmé sur le marché Français.
Wahida Jaiet représentante de l’ONTT à Londres est aussi confiante dans la mesure que, malgré la faillite de thomas Cook, les résultats obtenus sont conformes aux prévisions retenues en début de saison. En effet sur les 200 000 touristes anglais attendus en 2019 plus de 191 000 sont déjà inscrits au compteur du tourisme tunisien. Les prévisions de 2020 portent sur 280 000 touristes anglais.
Comment se profile l’avenir du secteur sur le marché Britannique ?
Malgré la faillite de Thomas Cook et le Brexit les touristes continueront à venir en Tunisie en raison de la qualité du produit touristique tunisien. Le seul bémol dont il faudrait tenir compte a trait à l’accessibilité aérienne. Le départ de Thomas Cook, avec ses 86 avions en propriété laissera un grand vide dans le ciel tunisien. Il faudrait dans ce cas mobiliser le concurrent qui est TUI Grande Bretagne mais aussi le pavillon national (Tunisair et Nouvelair) pour la mise en place d’une capacité additionnelle en vue de combler le vide laissé par Thomas Cook. Plus encore insistent nombre de professionnels il faudrait diversifier les partenaires et démarcher de nouveaux Tour-opérateurs spécialisés dans la commercialisation des produits de niches dont le tourisme actif, la culture, les arts et le tourisme archéologique. D’autres s’accordent sur la nécessité d’explorer les régions Britanniques à fort potentiel émetteur pour la Tunisie.

Nizar Mouelhi

Lire aussi
commentaires
Loading...