Jhinaoui, « persona non grata » au Palais de Carthage ?

Khemaïes Jhinaoui, ministre des Affaires Étrangères.

Le nouveau président de la République Kais Saied a reçu ce lundi 28 octobre 2019 au palais de Carthage le chef de la diplomatie allemande. Cette rencontre qui a porté sur les moyens en mesure de développer davantage les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays à été marquée notamment par l’absence du ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui qui ne ratait presque jamais ce genre d’audiences au palais de Carthage entre le chef de l’Etat tunisien et les diplomates des différents pays frères et amis. L’absence de Jhinaoui a donc suscité l’étonnement de plusieurs journalistes et hommes politiques.
C’est la journaliste de la chaîne Alhiwar Ettounsi Mariem Belkadhi qui vient de révéler le secret quant à cette absence. Contacté par ladite journaliste, le chef de la diplomatie tunisienne a assuré qu’ il n’a reçu aucune convocation officielle de la part de la présidence de la République au sujet de cet entretien. D’ailleurs il a eu  vent de la nouvelle à travers les médias comme tout le monde.
Selon certains analystes, cette décision ne serait que  celle du candidat au poste de chef de cabinet du président et ancien diplomate Abderraouf Betbaieb. D’autres  considèrent que cette exclusion s’inscrit dans la logique de la présidence de la République qui refuse désormais tout contact avec des personnalités ayant composé à un moment donné avec l’entité sioniste. En effet, on reproche à Jhinaoui sa nomination en avril 1996 au poste de chef de bureau des intérêts de la République tunisienne à Tel Aviv. Pourtant, cette désignation s’est inscrite dans le cadre de l’accord d’Oslo en 1993 entre l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et le gouvernement israélien, et ce, sous la recommandation même du dirigeant palestinien Yasser Arafat.

Lire aussi
commentaires
Loading...