Document mettant en garde contre l’attentat du Bardo: le MI précise

Dans un communiqué rendu public ce samedi 28 septembre 2019, le ministère de l’intérieur a démenti l’authenticité du document circulant sur les réseaux sociaux et sur les médias selon lesquelles le directeur général de la sûreté publique aurait mis en garde au mois de mars 2015 le directeur général de la sûreté nationale contre l’exécution d’un attentat terroriste visant l’Assemblée des Représentants du Peuple ou le musée du Bardo  et ce, quelques jours avant son perpétration. Dans ce contexte le ministère de l’intérieur a assuré que ce document n’a rien à voir avec la réalité tout en expliquant ceci par diverses raisons. Parmi ces dernières, le MI a précisé que les postes de directeur général de la sûreté nationale et du directeur général de la sûreté publique (L’émetteur) n’existaient même pas au mois de mars 2015.

Le 8 mars 2015, soit la date de l’émission de la présumée correspondance, le poste de directeur général de la sûreté nationale n’existait même pas. En effet, depuis le 3 mars 2015, soit 5 jours avant la date dudit document, un secrétaire d’Etat aux affaires sécuritaires avait été nommé. Le poste en question avait été supprimé… Les parties ayant diffusé le document ont fait croire qu’il est signé par le directeur général de la sûreté publique qui n’exerçait même pas en cette date. En effet, ledit directeur général avait été nommé au mois de décembre 2015 soit 9 mois après l’attentat » peut-on lire dans ledit communiqué.

Le ministère de l’Intérieur a ajouté que le vocabulaire utilisé dans le document en question n’a rien à voir avec celui utilisé par les cadres du ministère lors de la rédaction de ce genre de correspondances. EN effet, il y a une série de règles à qui doit se conformer l’émetteur.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...