Ces « pages de l’ombre » qui dénigrent tout le monde sauf Youssef Chahed et Nabil Karoui

Du 12 août au 15 septembre 2019, I Watch a braqué son projecteur sur la publicité politique lancée sur les réseaux sociaux, spécialement Facebook, durant la campagne électorale du premier tour de l’élection présidentielle anticipée. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 26 septembre 2019 à Tunis, l’organisation non gouvernementale (ONG) a constaté qu’il y a eu un recours massif au sponsoring.
16 candidats sur les 26 ont été examinés, étant donnés qu’ils sont les plus actifs sur la toile. Pour deux candidats, le recours au sponsoring a été très fréquent : Youssef Chahed et Abdelkarim Zbidi. Ils sont suivis de Mehdi Jomâa. Les membres d’I Watch ont noté « une présence excessive » sur les réseaux sociaux.
D’autre part, il existe des « pages de l’ombre ». D’après les membres de l’ONG, il s’agit de pages qui diffusaient des informations générales. Or, dès le début de la campagne électorale, elles se sont mises à dénigrer tous les candidats à la présidentielle, exception faite pour Youssef Chahed et Nabil Karoui.
Pour sa part, Achref Aouadi, président d’I Watch, a évoqué le risque d’un financement étranger de ces pages. « Il existe une réelle production dans ses pages portant sur les vidéos, ce qui laisse entrevoir de grosses dépenses. Il y a un risque que des parties étrangères se soient ingérées dans ses pages [de l’ombre] pour semer la division. Chose que nous avons constatée en Ukraine. Certaines pages ont, à titre d’exemple, remis en question la foi de Nabil Karoui », a-t-il expliqué.

Lire aussi
commentaires
Loading...