A 15 ans, le Tunisien Amir Fehri poursuit son combat pour créer la 1e école pour réfugiés au monde

Âgé de 15 ans, le jeune prodige tunisien de littérature Amir Fehri, continue à déployer de grands efforts afin de concrétiser son projet éducatif qui consiste à la création de la première école internationale au cœur des camps pour réfugiés à Mossoul en Irak.

Dans ce contexte, le jeune écrivain (auteur de 5 livres) et ambassadeur de la francophonie en France, a effectué au mois de septembre courant une visite officielle en Irak durant laquelle il s’est rendu à Mossoul pour rencontrer les enfants réfugiés et tourner une vidéo à l’attention des Chefs d’Etats et de Gouvernements afin de solliciter leur soutien pour que son projet puisse voir le jour sachant que cette école pour réfugiés devrait ouvrir ses portes en l’an 2025 grâce à l’accord qu’il avait effectué avec Charles Michels, Premier Ministre de Belgique et Président du Conseil de l’Europe.

« Cet établissement verra ses enseignants venir des pays membres de l’Union Européenne pour enseigner les programmes officiels de ces pays ainsi l’enfant réfugié à Mossoul pourra passer le baccalauréat français qui est le même baccalauréat que celui passé en France. Mais cela ne se limite pas uniquement à l’Union Européenne mais également à d’autres pays à l’échelle internationale : l’Indonésie, le Qatar, l’Egypte et tout dernièrement les Émirats Arabes Unis ! Tout mon souhait est que la Tunisie accepte également de prendre part à cet établissement en y proposant des programmes.« a-t-il précisé dans une déclaration accordée à Réalités Online. Et d’ajouter: « Les photos que j’ai prises durant ma visite à Mossoul traduisent la profondeur de douleur de ces enfants qui n’ont qu’un seul rêve celui de vivre comme tous les autres enfants de leurs âges. Ils méritent une nouvelle chance. Ils ont déjà vu les pires atrocités au cours de leur vie. Aujourd’hui, moi, en tant que jeune, j’ai un seul et unique rêve ; celui de la paix dans le monde et j’aimerais qu’il soit partagé par la jeunesse Tunisienne et cela serait le meilleur signe de l’amitié tuniso-irakienne qui a toujours été plus que magnifique.« .

Hajer Ben Hassen

Lire aussi: Les puissances mondiales soutiennent le projet éducatif d’Amir Fehri

Lire aussi
commentaires
Loading...