Volailles : le secteur réglementé n’assure que 50% de la production

À l’instar des autres secteurs d’activités spécialisés dans l’alimentation, celui de la volaille traverse une crise selon ses professionnels. Le président de la Chambre Nationale des abattoirs et des producteurs des viandes, Fathi Ghrayeb, a souligné la gravité de la situation qui n’a eu de cesse d’empirer depuis 2011.
Dans une déclaration radiophonique faite ce mercredi 24 juillet 2019, il a affirmé que le secteur souffre particulièrement du marché parallèle et de l’abattage anarchique. Le secteur réglementé ne représente que 50% de la production nationale selon lui. « Plusieurs gros investisseurs et producteurs ont quitté le secteur. Ils ont subi des pertes financières », a-t-il précisé.
L’autre point noir selon le président de la Chambre Nationale des abattoirs et des producteurs des viandes porte sur les importations. Il déplore, dans ce contexte, l’abondance anormale des œufs, étant donné qu’ils sont produits à l’échelle nationale et qu’ils sont en même temps importés.
Face à ces difficultés, Fathi Ghrayeb a appelé à l’arrêt immédiat des importations des volailles et des produits dérivés. Ces derniers sont, rappelle-t-il, à l’échelle nationale. « Question prix, il nous suffit de nous réunir autour d’une table pour en parler. Nous devrions aussi se mettre d’accord sur le niveau de production, sur les marges bénéficiaires et sur les quantités d’œufs à stocker », a-t-il encore expliqué.

Lire aussi
commentaires
Loading...