Référendum sur les amendements de la loi électorale : « ridicule » selon Abir Moussi

Pour la présidente du Parti Destourien Libre (PDL), Abir Moussi, organiser un référendum pour trancher sur les amendements de la loi électorale est « ridicule ». S’exprimant sur les ondes de Jawhara FM, la dirigeante du parti considère qu’il s’agit d’une atteinte au processus démocratique. Le calendrier électoral doit rester intouchable selon elle. « La loi sera appliquée dans sa version actuelle tant que les amendements n’auront pas été publiés dans le JORT (Journal Officiel de La République Tunisienne). Ils peuvent [le gouvernement, les partis] donc faire ce qu’ils veulent. Pour notre part, nous présenterons nos candidatures le 28 juillet 2019. S’il y a le moindre abus contre notre parti, nous réagirons », a-t-elle déclaré.
Abir Moussi, dans ce même contexte, a affirmé que son parti était incapable de déposer un recours contre les amendements de la loi électorale. De fait, elle explique que la loi fondamentale relative à l’Instance Provisoire du contrôle de la Constitutionnalité des Lois n’accorde cette possibilité qu’aux députés. « A priori, nous ne sommes pas concernés par les amendements, à moins qu’il n’y ait des abus ou des interprétations obéissant à des agendas politiques et à des pressions. Si c’est le cas, nous réagirons selon la loi », a-t-elle mis en garde.
Rappelons que c’est Nabil Karoui, patron controversé de Nessma TV et du parti Au Cœur de la Tunisie, qui a proposé l’idée d’un référendum pour trancher sur la question des amendements de la loi électorale. Ces amendements, à titre d’information, excluent tout candidat propriétaire d’une association et ayant mené une activité associative de la course aux élections. Nabil Karoui et 3ich Tounsi sont, de ce fait, concernés.

Lire aussi
commentaires
Loading...