Migrants enterrés dans des fosses communes : le maire de Zarzis s’explique

Photo d'illustration

L’information sur l’enterrement des migrants clandestins dans des fosses communes à Zarzis a suscité l’indignation. Le président du conseil municipal de la ville, Mekki Laarayedh, a organisé une conférence de presse ce mardi 23 juillet 2019 pour clarifier la situation. Il a assuré que les informations selon lesquelles des migrants ont été enterrés dans des fosses communes étaient fausses.
Tous les cadavres, dit-il, ont été enterrés conformément aux normes en vigueur. Aucun critère de distinction n’a été pris en compte selon le maire de Zarzis (nationalité, religion). Il a souligné, dans ce même contexte, qu’aucune organisation internationale n’a apporté son aide à la municipalité. Cette dernière a assumé, selon l’élu, toutes les dépenses nécessaires. « L’autorité de tutelle doit mettre en place une section de médecine légale à Zarzis. Elle doit aussi mettre à disposition les moyens spécifiques permettant de transporter les dépouilles. D’un autre côté, elle doit former des brigades afin de traiter ces dépouilles. Et s’il est possible : accorder une prime pour remercier les agents municipaux », a-t-il encore déclaré.
A titre de rappel, l’information sur les fosses communes a été révélée le 16 juillet 2019. 20 migrants clandestins y auraient été enterrés. Fait étonné : le maire n’avait pas complètement démenti l’information. De fait, il avait seulement affirmé que les corps avaient été enterrés avec des signes spécifiques. Les migrants, rappelons-le, faisaient partie d’une embarcation de la mort qui avait quitté la Libye début juillet. Le bateau a fait naufrage sur les côtes tunisiennes.

Lire aussi
commentaires
Loading...